Macron appelle au « calme » et à la « responsabilité » après la mort d’Yvan Colonna

Les informations à retenir

  • Les oppositions ont demandé des comptes au gouvernement après la mort de l’indépendantiste corse Yvan Colonna, trois semaines après son agression à la prison d’Arles.
  • Jean-Luc Mélenchon s’installe à la troisième place dans les sondages, derrière Marine Le Pen mais devant Valérie Pécresse et Eric Zemmour.
  • Les candidats – ou leur représentant – passent leur grand oral devant la Fédération nationale des chasseurs. Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas été conviés.

14h30 : Macron appelle au « calme » et à la « responsabilité » après la mort d’Yvan Colonna 

Lundi soir, le détenu indépendantiste corse Yvan Colonna décédait des suites de son agression à la prison d’Arles il y a trois semaines. « Le plus important est en que le calme se maintienne, que les discussions se poursuivent et que nous puissions tous et toutes être attachés à ce que les Corses vivent mieux », réagit Emmanuel Macron au micro de France Bleu, alors que de fortes tensions ont émaillé l’ile de beauté après l’agression du détenu. « Cela suppose justement cet esprit de calme et de responsabilité », ajoute le chef de l’Etat, qui promet que « toute la lumière sera faite sur les circonstances » de l’attaque.

14h05 : Macron promet d’adapter 500 000 logements pour le grand âge

« L’écrasante majorité des personnes qui vieillissent veut d’abord vieillir à la maison, souligne le président-candidat sur les antennes de France Bleu. Il faut les aider à financer le changement de leur logement. Dans mon programme, il y a ‘Ma prime Adapt’, […] pour qu’on puisse donner comme objectif de permettre à 500 000 personnes âgées de rénover leur logement pour s’adapter au grand âge. »

13h34 : Zemmour défend à Aulnay son ministère de la « remigration »

Lundi soir, Eric Zemmour annonçait la mise en place d’un « ministère de la remigration » pour expulser les « étrangers dont on ne veut plus », les « clandestins », « délinquants », « criminels » et « fichés S ». Le candidat de Reconquête, en visite sur le marché d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint Denis, maintient sa proposition, assurant que ce n’est pas une marque de « radicalisation » mais de « détermination ».

13h20  : Second tour Macron/Mélenchon, Jadot botte en touche

Le candidat écologiste a esquivé sur France inter la question sur son vote en cas de second tour à la présidentielle opposant Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon, une position similaire à celle déjà prononcée par la socialiste Anne Hidalgo. Le candidat de la France insoumise se rapproche du second tour dans les sondages, alors que Yannick Jadot gravite désormais autour de 5% d’intentions de vote.

12h23 : Pécresse redit sa volonté de « rendre leur dignité aux chasseurs »

Valérie Pécresse, qui n’hésite pas à mettre en scène son amour pour la chasse dans cette campagne, redit vouloir « rendre leur dignité aux chasseurs » à l’occasion du grand oral des candidats devant la Fédération nationale des chasseurs. « « Pour moi défendre la chasse, c’est défendre toutes les chasses, assure la candidate des Républicains, qui l’assure, « avec moi les savoir-faire ancestraux seront protégés. »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

11h50 : Jadot et Mélenchon pas les bienvenus au grand oral des chasseurs

La Fédération nationale des chasseurs organise ce mardi son assemblée générale avec notamment le grand oral des candidats. Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas été conviés par la FNC. « Quelqu’un qui vous crache dessus en permanence sans jamais vous avoir parlé, à quoi ça sert de lui offrir une tribune  ? », questionnait ce matin Thierry Coste, conseiller politique de la Fédération nationale des chasseurs, sur Franceinfo.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

11h15 : Ni Le Maire, ni Darmanin dans le gouvernement de Pécresse

 « Il y aura quelqu’un de courageux, d’expérimenté, de compétent », à Matignon promet la candidate des Républicains sur RMC. « Je ne prends pas des personnalités qui ont échoué » comme Bruno Le Maire et Gerald Darmanin, évoqués par le plateau de l’émission. Vendredi, Valérie Pécresse écartait l’idée de proposer un ministère à Emmanuel Macron si elle accédait à l’Elysée.

11h : En Corse « Emmanuel Macron cède à la rue », répète Pécresse

L’agression de l’indépendantiste corse Yvan Colonna, décédé lundi soir, il y a trois semaines dans la prison d’Arles avait entraîné des fortes tensions sur l’île de beauté. Le gouvernement annonçait dans la foulée être « prêt à aller jusqu’à l’autonomie de la Corse », affirmant que le dialogue était ouvert avant les évènements. « Emmanuel Macron cède à la rue, balayer Valérie Pécresse au micro de RMC. Pendant cinq ans, il a méprisé les territoires, méprisé toutes les régions, jamais dialogué avec les corses et aujourd’hui, parce qu’il y a des mouvements, on donne l’autonomie. »

10h40 : Mélenchon veut organiser une nouvelle démonstration de force au Capitole de Toulouse

Après la place de la République à Paris dimanche dernier et la plage du Prado dimanche prochain à Marseille, Jean-Luc Mélenchon prépare, selon La Dépêche du midi, une nouvelle démonstration de force en organisant son meeting du 3 avril à Toulouse sur la place du Capitole où il espère rassembler 30 000 personnes. Le candidat de La France insoumise avait réuni 25 000 personnes sur cette même place en 2017.

10h28 : Pécresse propose d’augmenter le tarif d’une consultation d’un médecin généraliste à 30 euros

« Qui peut croire qu’une consultation d’un médecin généraliste qui a fait neuf ans d’étude coûte 25 euros  ? », questionne la candidate des Républicains sur le plateau de RMC. « Je propose de revaloriser tous les actes médicaux, indique Valérie Pécresse. La présidente de la région Ile-de-France veut « une année d’étude de médecine en plus » et « 4 000 médecins juniors qu’on envoie dans les maisons médicales, dans les cabinets de groupe, les territoires carencés pour pouvoir tout de suite répondre aux déserts médicaux ».

10h13 : Pour Pécresse, le programme de Macron « n’est pas un programme de droite »

Après avoir raillé le fait qu’Emmanuel Macron lui emprunte certaines mesures de son programme, Valérie Pécresse estime désormais sur RMC que « les Français ont pu se rendre compte que ce n’était pas un programme de droite ». La candidate des Républicains rappelle également sa volonté d’ augmenter les salaires de 3 % dès cet été en baissant d’un tiers les cotisations retraite » et d’« augmenter de 10% les salaires nets de tous les Français » sur le quinquennat.

9h47 : Un nouveau sondage conforte la troisième place de Mélenchon

Selon le Rolling quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio, Jean-Luc Mélenchon obtiendrait 14% des voix au premiers tour, soit un point et demi de plus qu’Eric Zemmour (12,5%) et trois et demi de plus que Valérie Pécresse (10,5%). Mais le candidat de la France insoumise reste distancé par Marine Le Pen (18,5%), elle-même à près de 10 points d’Emmanuel Macron (28%). La candidate du Rassemblement national est celle qui réaliserait le meilleur score dans un duel au second tour face au chef de l’Etat, mais perdrait tout de même l’élection avec 44% des suffrages exprimés.

9h28 : Roussel absent au discours de Volodymyr Zelensky pour raisons familiales

Le député du Nord et candidat du Parti communiste Fabien Roussel sera absent lors du discours de Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, devant l’Assemblée nationale mercredi. « N’y voyez aucunement un choix politique, alerte-t-il sur Twitter. J’ai eu la douleur de perdre mon beau père et j’ai choisi d’être mercredi aux côtés de ma compagne et de notre famille. »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

9h13 : Le Pen étrille Christophe Castaner, qui estime que « l’allocation, c’est la réponse des lâches »

Lundi, le chef des députés de la majorité défendait sans fioriture la proposition d’Emmanuel Macron de conditionner le versement du RSA à une période d’activité. «  Aider quelqu’un dans l’insertion, c’est toujours mieux que de lui donner une allocation, justifiait Christophe Castaner au micro de RMC. L’allocation, c’est la réponse des lâches. »

Pour Marine Le Pen, cette déclaration « démontre la brutalité de la Macronie ». « Soutien aux Français et familles en difficulté qui méritent de bénéficier de la solidarité nationale, écrit la candidate du Rassemblement national sur Twitter. Je protègerai nos compatriotes dans le besoin. »

9h : Manuel Bompard esquisse les grandes lignes de la VIème République souhaitée par Mélenchon

Sur le plateau de Franceinfo, Manuel Bompard dessine la VIème République défendue par Jean-Luc Mélenchon. «  Davantage parlementaire, moins présidentielle  : on dénonce la monarchie présidentielle de la Vème République », souligne le directeur de campagne du candidat insoumis. Il sera possible de révoquer le président de la République « à mi-mandat, si un certain pourcentage de la population le souhaite », vis un « referendum révocatoire ». « La philosophie générale, c’est d’introduire de la démocratie directe dans la démocratie parlementaire », ajoute-t-il.
 

8h48 : « On n’est pas en prison pour être tué », cingle Manuel Bompard

Le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon pointe la responsabilité de l’Etat dans la mort de l’indépendantiste corse Yvan Colonna, survenue trois semaines après son agression à la prison d’Arles. « Quand on est en prison, on ne l’est pas pour être tué ou assassiné, donc il y a eu une défaillance quelque part dans la gestion de la sécurité des détenus au sein de cette prison », estime Manuel Bompard, au micro de Franceinfo.

8h42 : Patrick Kanner appellera à voter Macron dans un second tour face à Le Pen

Le chef des sénateurs socialiste « craint » un second tour entre le chef de l’Etat et Marine Le Pen, qui se dessine toujours dans les sondages à 19 jours du premier tour le 10 avril. Pour autant, Patrick Kanner rappelle que sa «  main n’a jamais tremblé, ni en 2002, ni au moment de l’élection régionale avec Xavier Bertrand face à Marine Le Pen ». « Il est clair que j’appellerais à voter pour Emmanuel Macron », assure-t-il.

8h31 : Jadot plaide pour « ouvrir une nouvelle relation entre la Corse et l’État français »

Au micro de France inter, Yannick Jadot réagit au décès de l’indépendantiste corse Yvan Colonna, survenu lundi soir après son agression il y a trois semaines à la prison d’Arles. « C’est un assassinat et évidemment il faut respecter le deuil de la famille et des proches, estime le candidat écologiste. Il faut ouvrir – parce que ça n’a pas été fait ces derniers mois – une nouvelle relation entre la Corse et l’État français, qui s’inscrit dans le dialogue, le respect. Il faut que le prochain quinquennat soit celui où l’on discute de cette autonomie de plein exercice. »

8h27 : Pour Jordan Bardella, la mort d’Yvan Colonna « aurait dû entraîner la démission d’Eric Dupont-Moretti »

Lundi soir, le détenu indépendantiste corse Yvan Colonna décédait des suites de son agression à la prison d’Arles il y a trois semaines. « Je n’avais pas de sympathie particulière pour Monsieur Colonna, mais qu’un détenu français soit agressé dans une prison française par l’un des codétenus qui est multirécidiviste, condamné pour djihadisme […] pose un véritable problème, estime sur France 2Jordan Bardella, président par intérim du Rassemblement national. C’est juste hallucinant, je pense que ce simple fait aurait dû entraîner la démission du ministre de la Justice, Eric Dupont-Moretti. »

8h26 : Gabriel Attal tacle l’opposition, qui considère qu’être président-sortant « serait un avantage »

Au micro d’Europe 1, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal tente de justifier le refus d’Emmanuel Macron de débattre avec l’opposition et ses rencontres avec des Français triés sur le volet. « Je constate que d’habitude, être président sortant est censé être un fardeau, et les oppositions nous expliquent que ce serait un avantage : c’est donc que notre bilan doit être plutôt positif… », se défend-il. « Il y a du débat, il a répondu à des journalistes, il a échangé avec des Français, qui n’étaient pas triés sur le volet », répète Gabriel Attal.

8h17 : « Toute la lumière sera faite » sur la mort d’Yvan Colonna, promet Gabriel Attal

Le gouvernement fait l’objet des critiques de l’opposition suite aux conditions qui ont permis l’agression de l’indépendantiste corse Yvan Colonna, décédé lundi soir, à la prison d’Arles il y a trois semaines. « Toute la lumière sera faite sur l’enchaînement qui a conduit à cette situation qui n’est pas acceptable », assure Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, au micro d’Europe 1. « Manifestement, il y a un disfonctionnement très grave, ajoute-t-il. Nous attendons le retour de cette inspection qui doit faire la lumière […] on en tirera toutes les conséquences. »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

8h05 : « Il faudra que l’Etat s’explique » sur la mort d’Yvan Colonna, estime Patrick Kanner

Le président du groupe socialiste au Sénat réagi, au micro de Public Sénat, au décès de l’indépendantiste corse Yvan Colonna, survenu lundi soir trois semaines après son agression à la prison d’Arles. « Il faut garder ce calme, garder le respect pour Yvan Colonna, qui payait sa dette à la nation, et qui a été assassiné dans un lieu qui devait être sous l’autorité publique. Il faudra que l’Etat s’explique. Le silence d’Eric Dupond-Moretti [ministre de la Justice, NDLR] devient assourdissant dans ce dossier. Je souhaite que les choses soient clarifiées dans les meilleurs délais. Il y a eu une faute de l’administration pénitentiaire. »

7h54 : Pour Sébastien Chenu, l’Etat « va devoir rendre des comptes » suite à la mort d’Yvan Colonna

L’indépendantiste corse Yvan Colonna est décédé lundi soir des suites de son agression, il y a trois semaines, à la prison d’Arles. « Yvan Colonna était un détenu particulièrement surveillé, il bénéficiait donc d’un régime particulier et il s’est fait tuer par un djihadiste qui lui aussi été un détenu particulièrement surveillé », souligne Sébastien Chenu, porte-parole de Marine Le Pen, au micro de RMC.

« Ca veut dire que la surveillance de ces détenus très difficiles a failli, donc le ministère de la Justice et l’Etat doivent rendre des comptes, ajoute-t-il. Mais ça pose une autre question : que l’Etat nous dit-il sur ces 60 à 80 détenus jihadistes qui vont sortir de prison ? »

7h50 : « On ne peut pas laisser les dégoûtants décider pour nous », plaide Mathilde Panot

Lundi, un sondage BVA/Orange pour RTL indiquait que près de 4 sympathisants de La France insoumise sur 10 ont l’intention de s’abstenir. La députée LFI Mathilde Panot est invité à réagir à ce chiffre : « Il y a un dégout de la politique qui a été créé chez les gens entre les promesses qui n’ont pas été tenues, les affaires politiques qui ont éclaté ». L’élue du Val-de-Marne estime que « quand les dégoutés de la politique partent, il ne reste que les dégoutants et on ne peut pas laisser les dégoutants décider pour nous ».

7h44 : Mathilde Panot « craint un embrasement en Corse » après la mort d’Yvan Colonna

L’indépendantiste corse Yvan Colonna est décédé lundi soir des suites de son agression, il y a trois semaines, à la prison d’Arles. Sur RTL, la députée insoumise Mathilde Panot justifie la demande d’Eric Coquerel d’ouvrir une commission d’enquête parlementaire alors que deux enquêtes – judiciaire et administrative- sont en cours.

« Il est important d’envoyer des signaux d’apaisement, plaide l’élue alors que l’attaque d’Yvan Colonna a engendré tensions et violences sur l’ile de beauté. Nous sommes très inquiets de la situation en Corse. […] Les conditions de l’agression puis de la mort d’Yvan Colonna posent des questions  : comment est-ce que possible que pendant onze à douze minutes, il y ait une agression sans que rien ne se passe dans une prison très surveillée  ? »

7h14 : Le Pen à 20%, Mélenchon seul poursuivant selon un sondage

La dernière enquête d’Elabe pour L’Express et BFM TV publiée ce mardi indique que l’écart se resserre entre Emmanuel Macron (27,5% d’intentions de vote au premier tour) et Marine Le Pen, qui atteint la barre des 20%. Derrière, Jean-Luc Mélenchon est crédité de 15% d’intentions de vote, plus haut que jamais, et devance désormais confortablement Eric Zemmour et Valérie Pécresse, tous deux donnés à 10%. Derrière, Yannick Jadot patine à 4,5%. Avec 1,5%, Anne Hidalgo fait deux fois moins bien que Jean Lassalle et Nicolas Dupont-Aignan à 3%.

7h02 : Hollande réaffirme son soutien à Hidalgo au meeting de Limoges ce mardi 

François Hollande s’invite ce mardi au meeting d’Anne Hidalgo à Limoges, une manière de prouver la cohésion des socialistes autour de leur candidate, même si l’ex-président a un temps été lui-même tenté de se lancer dans la campagne.

Début novembre, François Hollande avait déjà affiché son soutien à Anne Hidalgo, lors d’un déplacement à Tulle, son fief corrézien. Il l’avait alors assurée que les jeux n’étaient pas faits. Mais cinq mois après, la maire de Paris n’a pas décollé et végète autour des 2% d’intentions de vote. 

Et François Hollande a parfois paru frileux à la soutenir dans les médias, « du bout des lèvres », selon un cadre socialiste. Il a aussi distillé quelques remarques assassines, dénonçant par exemple les « candidatures lilliputiennes » de gauche. 

Les candidats tentent de mobiliser sur fond de guerre en Ukraine

Les candidats à la présidentielle ont du mal à échapper à la guerre en Ukraine qui les oblige à se positionner, comme Marine Le Pen, qui a annoncé lundi qu’elle n’assisterait pas à l’intervention du président ukrainien à l’Assemblée avant de se raviser.

>> C’est à lire dans notre article. 

7h01 : Les invités des matinales

RFI – 7h19 : Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat et conseiller de Valérie Pécresse
PUBLIC SENAT – 8 heures : Patrick Kanner (PS), directeur adjoint de la campagne d’Anne Hidalgo  
RMC – 7h40 : Sébastien Chenu, porte-parole de Marine Le Pen et du Rassemblement national
RTL – 7h40 : Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l’Assemblée Nationale
EUROPE 1 – 8h13 : Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement
SUD RADIO – 8h15 : Sandrine Rousseau, écologiste et soutien de Yannick Jadot
LCI – 8h30 : Louis Aliot, maire de Perpignan et vice-président du Rassemblement national
FRANCE INFO – 8h30 : Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon

Ce qu’il faut retenir de la journée de lundi

  • Fabien Roussel a exclu tout ralliement à Jean-Luc Mélenchon même s’il « garde l’espoir que la gauche l’emporte ».
  • Selon un sondage BVA pour RTL, 71% des Français déclarent avoir l’intention d’aller voter le 10 avril prochain.
  • Marine Le Pen craint une « abstention importante » et observe « sans inquiétude » la progression de Jean-Luc Mélenchon.
  • Valérie Pécresse a dévoilé son programme pour la culture et l’Outre-Mer.
  • Yannick Jadot a présenté son programme pour l’école. Il souhaite notamment modifier les rythmes scolaires, augmenter les enseignants de 20% en cinq ans et en recruter 65 000 de plus.
  • Le candidat écologiste s’est aussi engagé « à revenir » sur toutes les « décisions et arrêtés » pris par le gouvernement au sujet du site de déchets toxiques enfouis de Stocamine (Haut-Rhin).
  • Eric Zemmour a été interrogé lundi soir sur M6 sur les huit femmes qui l’accusent d’agressions. « Je n’ai jamais agressé aucune femme », a-t-il répondu.

7 heures : Bienvenue dans ce direct consacré à l’actualité politique et à la campagne en vue de l’élection présidentielle de 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi