Guerre en Ukraine. La Russie accusée d’avoir bombardé une école, ce qu’il faut retenir de ce dimanche

L’essentiel

  • La Russie a affirmé, pour le deuxième jour consécutif, avoir utilisé des missiles hypersoniques en Ukraine. Moscou aurait visé une réserve de carburant de l’armée ukrainienne.
  • L’armée russe a bombardé une école d’art servant de refuge à plusieurs centaines de personnes à Marioupol. Des civils sont coincés sous les décombres selon les autorités.
  • L’usine sidérurgique et métallurgique Azovstal de Marioupol, une des plus grandes d’Europe, a été fortement endommagée par des bombardements.
  • Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a mis en avant son héritage juif dans sa quête de soutien contre l’invasion de son pays par la Russie, doit s’adresser ce dimanche par visioconférence à la Knesset, le Parlement d’Israël, pays qui tente une médiation entre Moscou et Kiev.
  • La France a immobilisé 850 millions d’avoirs appartenant à des oligarques russes proches du Kremlin.

23h15 :  C’est la fin de ce live, merci de nous avoir suivi. Rendez-vous demain matin pour de nouvelles informations sur le conflit en Ukraine.

20h50 : « Sans négociations, on n’arrêtera pas la guerre » en Ukraine, dit Zelensky à CNN

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a répété être « prêt à des négociations » avec Vladimir Poutine, dans un entretien diffusé dimanche par CNN. « Je suis prêt à des négociations avec (Vladimir Poutine). Je suis prêt depuis les deux dernières années et je pense que sans négociations, on n’arrêtera pas la guerre », a-t-il dit sur la chaîne américaine. La Turquie, qui multiplie les efforts de médiation entre Moscou et Kiev, a assuré dimanche que la Russie et l’Ukraine avaient fait des progrès dans leurs négociations.

20h37 : Le commandant adjoint de la Flotte russe de la mer Noire tué dans les combats

Le commandant adjoint de la Flotte russe de la mer Noire, Andreï Paliï, a été tué dans les combats entre forces russes et ukrainiennes près de Marioupol, en Ukraine. « Andreï Nikolaïevitch Paliï a été tué dans les combats visant à libérer Marioupol des nazis ukrainiens », a écrit sur Telegram Mikhaïl Razvojaïev, le gouverneur de Sébastopol. Cette ville de la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée en 2014 par la Russie, est le port d’attache de la Flotte russe de la mer Noire. Andreï Paliï, un « vrai officier issu d’une dynastie militaire » qui jouissait d’une « grande autorité sur la flotte » russe, selon Mikhaïl Razvojaïev, a péri samedi. L’homme a été en 2020 commandant adjoint des forces russes en Syrie où la Russie intervient militairement depuis septembre 2015 en soutien aux forces du régime de Bachar al-Assad.

20h25 : Frappe aérienne russe dans l’ouest, trois blessés

Trois personnes ont été blessées dans une frappe aérienne russe dans la région de Jytomyr, dans l’ouest de l’Ukraine, ont annoncé les services d’urgence. Treize bâtiments au total ont été endommagés dans cette attaque qui a visé la localité de Korosten, à 80 km environ au nord de la ville de Jytomyr. Le ministère russe de la Défense a de son côté affirmé que des « missiles de haute précision » tirés par la Russie avaient touché un centre d’entraînement des forces spéciales ukrainiennes dans cette même région de Jytomyr, une agglomération située à 150 km à l’ouest de la capitale Kiev. « Plus de 100 membres des forces spéciales (ukrainiennes) et mercenaires étrangers ont été tués » dans la frappe contre ces installations, a déclaré le ministère russe.

19h40 : Critiqué par Zelensky, Nestlé assure ne pas faire de profits en Russie

Le géant agroalimentaire suisse Nestlé, critiqué par le président ukrainien Volodymyr Zelensky parce qu’il poursuit ses activités en Russie malgré la guerre, a assuré dimanche ne pas faire le moindre profit dans ce pays. « Nous avons fortement réduit nos activités en Russie. Nous y avons suspendu toutes les importations et les exportations, sauf pour les produits vitaux. Nous y avons stoppé tous nos investissements et y avons cessé toutes nos activités publicitaires », a déclaré une porte-parole. « Nous ne réalisons aucun bénéfice avec nos activités restantes en Russie. Le fait que nous fournissions des denrées alimentaires essentielles à la population, comme d’autres entreprises du secteur alimentaire, ne signifie pas que nous continuons simplement nos activités comme avant. »

Notre diaporama sur les enfants de la guerre, réfugiés à la frontière roumaine

De nombreuses familles ukrainiennes, parmi lesquelles une majorité de mères et leurs enfants, continuent d’affluer à la frontière roumaine, au poste d’Isaccea. Là, après parfois des journées de fuite dans un pays en guerre et après avoir franchi le Danube sur un bac, elles se trouvent enfin en sécurité, accueillies par des volontaires humanitaires roumains et par les autorités. Nos envoyés spéciaux ont partagé une journée avec les humanitaires et les réfugiés sur ce point-clé de la frontière. Cliquez ici pour retrouver leur diaporama.

17h55 : Les orphelins bloqués dans un sanatorium de Marioupol évacués vers le Donbass

Des enfants, pour la plupart orphelins, qui étaient bloqués dans un sanatorium de Marioupol, un port ukrainien assiégé par les forces russes, ont été évacués vers Donetsk, une des deux capitales des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine. Au total, 19 enfants et adolescents, âgés de quatre à 17 ans, ont vécu pendant environ deux semaines dans les sous-sols gelés de ce sanatorium, spécialisé le traitement des maladies pulmonaires, des missiles russes étant tombés non loin de l’établissement. 

Habitant dans la région de Donetsk, dans des villes situées non loin de Marioupol (sud-est), ils avaient été envoyés dans ce sanatorium avant le déclenchement de l’offensive russe le 24 février. Olga Lopatkina, la tutrice de six de ces enfants, avait appelé à leur évacuation vers l’Europe où elle est actuellement réfugiée. Mais, dimanche, l’un d’eux l’a appelée pour lui dire qu’ils avaient été emmenés à Donetsk, la capitale d’une « république » rebelle actuellement sous contrôle russe,  précisant qu’ils y avaient été placés dans un hôpital.

17h34 : Devant la Knesset, Zelensky évoque une « solution finale » contre l’Ukraine

Lors de son allocution devant la Knesset, président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a demandé à Israël de « faire un choix » en soutenant l’Ukraine face à la Russie. « L’Ukraine a fait son choix il y a 80 ans et nous avons des Justes qui ont caché des juifs, il est temps pour Israël de faire son choix (…) l’indifférence tue », a-t-il déclaré, jouant sur ses propres racines juives, dans une allocution en ukrainien traduite en hébreu aux députés israéliens. Il a aussi fait un parallèle entre les agissements russes à l’encontre de son peuple et la « solution finale » mise en œuvre par les nazis contre les juifs.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

16h50 : Un obus explose devant un immeuble d’habitation à Kiev, cinq blessés

Un obus a explosé dimanche dans une cour juste devant un immeuble d’habitation dans le nord-ouest de Kiev, blessant au moins cinq personnes, dont deux ont été hospitalisées, a annoncé le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko. Le bâtiment de dix étages, situé dans le quartier de Sviatiochine, est très endommagé, ont constaté sur place des journalistes de l’AFP selon lesquels on peut voir les traces d’un incendie qui s’y est déclaré, tandis que toutes les fenêtres ont été soufflées. Les carcasses de deux voitures calcinées gisaient dans la cour recouverte de débris, qui abrite aussi une aire de jeux.

16h16  : A Madrid, 150 000 agriculteurs manifestent contre la hausse des prix des carburants

Quelque 150 000 agriculteurs et éleveurs ont manifesté dimanche à Madrid pour exiger du gouvernement socialiste de Pedro Sanchez des mesures immédiates pour juguler la hausse des prix, notamment des carburants, et la baisse de la rentabilité des exploitations. Des drapeaux espagnols et des banderoles où l’on pouvait lire « Eleveurs en voie d’extinction » ou encore « SOS monde rural », jalonnaient le long cortège déployé sur quatre kilomètres et conduit par des tracteurs, des cavaliers et des chiens de chasse. Le monde rural a défilé à l’appel de la plateforme « Alliance rurale » qui affirme représenter quelque dix millions de paysans espagnols.

Photo AFP/Pierre-Philippe MARCOU

16h06 : La France a immobilisé près de 850 millions d’euros d’avoirs russes

La France a immobilisé près de 850 millions d’euros d’avoirs d’oligarques russes – yachts, appartements, comptes bancaires – sur son territoire suite à la guerre en Ukraine, a affirmé dimanche le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire. « Nous avons immobilisé (…) 150 millions d’euros de comptes de particuliers, de lignes de crédit en France, dans des établissements français, a-t-il indiqué lors de l’émission radiotélévisée Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI. Nous avons [aussi] immobilisé pour 539 millions d’euros de biens immobiliers sur le territoire français, correspondant à une trentaine de propriétés ou d’appartements, et nous avons immobilisé deux yachts pour 150 millions d’euros. » Cliquez ici pour en savoir plus.

13h26 : Dix millions de personnes ont déjà fui leur domicile en Ukraine

C’est un véritable exode, selon les Nations unies : depuis le début de l’offensive russe le 24 février dernier, pas moins de 10 millions de personnes – soit près d’un quart de la population – ont fui leur foyer en Ukraine.

12h03 : Vives critiques après des propos de Johnson comparant les Ukrainiens aux pro-Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson Boris Johnson a été critiqué, y compris dans son camp conservateur, pour avoir comparé la lutte des Ukrainiens contre l’invasion russe aux Britanniques ayant voté pour le Brexit pour « choisir la liberté ». Dans un discours prononcé samedi au congrès de son Parti conservateur à Blackpool (Nord de l’Angleterre), M. Johnson a déclaré que c’était « l’instinct du peuple de ce pays, comme le peuple ukrainien, de choisir la liberté ». Il a cité comme « exemple récent célèbre » le référendum sur le Brexit en juin 2016. « Lorsque les Britanniques ont voté pour le Brexit, en si grand nombre, je ne pense pas que c’était parce qu’ils étaient hostiles aux étrangers. C’est parce qu’ils voulaient être libres de faire les choses différemment et pour que ce pays puisse se gérer lui-même », a-t-il déclaré. Ces déclarations ont suscité des réactions scandalisées.

10h43 : Volodymyr Zelensky s’adressera ce dimanche aux Israéliens

Le président ukrainien, qui a mis en avant son héritage juif dans sa quête de soutien contre l’invasion de son pays par la Russie, s’adressera ce dimanche en fin de journée par visioconférence à la Knesset, le Parlement d’Israël, pays qui tente une médiation entre Moscou et Kiev. L’Etat hébreu a adopté une position prudente après l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, faisant valoir des liens privilégiés avec les deux pays, d’autant que les Etats-Unis, allié historique d’Israël, soutiennent l’Ukraine, et que la Russie, elle, dispose de soldats en Syrie, pays voisin de l’Etat hébreu.

Energie, nourriture, pauvreté : l’impact de la guerre en Ukraine sera mondial et étendu

La guerre en Ukraine va aussi avoir des conséquences majeures sur l’Europe de l’est et le monde et un ralentissement de la croissance planétaire est probable, explique dans une interview à l’Agence France Presse la cheffe économiste de la Banque européenne de développement (BERD), Beata Javorcik. A lire ici.

9h24 : Un bâtiment abritant 400 réfugiés bombardé à Marioupol

Les forces russes ont bombardé une école d’art qui abritait 400 réfugiés à Marioupol, dans le sud-est du pays, a déclaré ce dimanche le conseil municipal de la ville portuaire. Aucun bilan n’a été communiqué, mais le conseil municipal de Marioupol affirme que le bâtiment a été détruit et qu’il y a des victimes sous les décombres.

8h44 : La Russie dit avoir à nouveau utilisé des missiles hypersoniques 

Moscou affirme ce dimanche matin avoir une nouvelle fois utilisé des missiles hypersoniques. « Une importante réserve de carburant a été détruite par des missiles de croisière Kalibr tirés depuis la mer Caspienne, ainsi que par des missiles balistiques hypersoniques tirés par le système aéronautique Kinjal depuis l’espace aérien de la Crimée », a déclaré le ministère de la Défense dans un communiqué, sans préciser la date de cette frappe.

8h40 : « Il nous faut tout faire pour éviter cette escalade là, et un conflit qui serait mondial »

« J’entends les demandes du président Zelensky d’intervention aérienne sur son sol mais ça serait accepter d’être cobelligérants donc accepter une confrontation directe avec la Russie. Il nous faut tout faire pour éviter cette escalade là, et un conflit qui serait mondial », a indiqué Christophe Castaner, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale sur France Info.

« Je pense que Vladimir Poutine est en train d’écrire la fin de sa propre histoire » a aussi affirmé Christophe Castaner. « Cette graduation le conduit aujourd’hui à un isolement total à l’échelle mondiale. » 

8h16 : L’Italie dénonce des menaces de la Russie pour son soutien aux sanctions

L’Italie a dénoncé samedi des menaces de la Russie à son égard, après des déclarations d’un responsable de la diplomatie russe sur les sanctions européennes. Alexeï Paramonov, directeur du département européen du ministère russe des Affaires étrangères, a accusé l’Italie, dans une interview à l’agence publique russe RIA-Novosti, de succomber à une « hystérie antirusse » et d’oublier « en une seconde » des siècles de relations et d’accords bilatéraux. Il a ajouté espérer que la promesse faite au début du mois par le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire – qui était par la suite revenu sur ses propos – d’une « guerre économique et financière totale » contre la Russie n’allait pas « faire des émules en Italie et entraîner une série de conséquences irréversibles ». Le ministère italien des Affaires étrangères a déclaré « rejeter fermement ces déclarations menaçantes » de la partie russe, et a assuré que Rome et ses partenaires européens allaient « continuer d’exercer une pression maximale » sur la Russie pour arrêter l’intervention militaires menée contre l’Ukraine.

7h40 : « Emmanuel, on t’attend »: l’ex-président ukrainien Porochenko demande à Macron de se déplacer à Kiev

« Bien évidemment, je voudrais inviter le président Macron ici à Kiev. Ce serait le symbole que la France et l’Union européenne ne laissent pas l’Ukraine seule et que Poutine n’a personne sur qui compter », a confié samedi, sur BFMTV, l’ancien président de l’Ukraine Petro Porochenko. Et d’ajouter : « Emmanuel, on t’attend. »

En Roumanie, incrédulité et inquiétude au bord de la mer Noire

Constanta, la cité balnéaire au bord de la mer Noire, prisée des Roumains, ne ressent pas trop, à ce jour, l’afflux massif de réfugiés à la frontière située à une centaine de kilomètres au nord. Ses habitants s’affichent solidaires du peuple ukrainien et rassurés par la présence de l’Otan. Lisez le reportage de notre envoyé spécial.

7h39 : Zelensky s’adresse aux Suisses

Le président ukrainien s’est adressé aux Suisses en direct avec Berne, blâmant les entreprises qui comme Nestlé poursuivent leurs activités en Russie malgré la guerre et appelant au gel des avoirs des proches du Kremlin dans les banques suisses.

7h37 : Une des plus grandes usines sidérurgiques d’Europe endommagée à Marioupol

« L’une des plus importantes usines métallurgiques d’Europe », Azovstal, a été « détruite » à Marioupol, occasionnant d’« énormes pertes économiques » pour l’Ukraine, a affirmé une députée ukrainienne, Lesia Vasylenko, sur son compte Twitter.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

7h11 : L’Australie interdit les exportation d’alumine et de bauxite vers la Russie

L’Australie a adopté ce dimanche de nouvelles sanctions économiques contre la Russie interdisant les exportations d’alumine et de bauxite avec effet immédiat, et a promis de fournir plus d’armes et d’aide humanitaire à Kiev. L’interdiction de ces exportations vise à nuire à la production d’aluminium en Russie, qui dépend de l’Australie pour 20% de son alumine.

6h56 : La situation humanitaire empire

Catastrophique : la situation humanitaire empire dans de grandes villes ukrainiennes, toujours sous le feu des frappes de la Russie.

A Marioupol- bombardée depuis plusieurs semaines et souffrant d’une pénurie d’eau, de gaz et d’électricité – des familles ont raconté les cadavres gisant plusieurs jours dans les rues, la faim, la soif et le froid mordant des nuits passées dans des caves avec des températures inférieures à zéro. Un groupe de 19 enfants, pour la plupart orphelins, y sont « en grand danger », bloqués dans un sanatorium, leurs tuteurs n’ayant pu les récupérer en raison des combats.

Macron évoque avec Zelensky les « perspectives possibles de sortie de crise »

Emmanuel Macron s’est de nouveau entretenu par téléphone avec son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, a fait savoir l’Élysée ce samedi soir. L’occasion de réitérer son « soutien » et la « disponibilité à faire plus avec ses partenaires européens ». « Il a évoqué avec lui les perspectives possibles d’une sortie de crise », précise la présidence française. Quelques heures plus tôt, Volodymyr Zelensky avait appelé Moscou à des pourparlers « sérieux ».

6h53 : Kiev appelle la Chine à « condamner la barbarie russe » en Ukraine

La présidence ukrainienne a appelé samedi la Chine à se joindre aux Occidentaux et à « condamner la barbarie russe » en Ukraine. « La Chine peut être un élément important du système de sécurité mondial si elle prend la bonne décision de soutenir la coalition des pays civilisés et de condamner la barbarie russe », a tweeté Mykhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence et un des participants aux négociations avec la Russie.  

3,3 millions

Plus de 3,3 millions de réfugiés ont désormais fui l’Ukraine depuis l’invasion russe, affirment les Nations Unies. Par ailleurs, 6,5 millions de personnes seraient déplacées à l’intérieur du pays. Environ 90 % des personnes qui ont fui sont des femmes et des enfants.

À Bordeaux, ces Français qui se préparent à combattre

De plus en plus de Français, touchés par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, participent à des formations express au combat. Près de Bordeaux (Gironde), un ancien membre des forces spéciales distille ses conseils pour ne pas partir « la fleur au fusil ». Cliquez ici pour en savoir plus.

6h47 : Des raids sur Mykolaïv, des combats dans Marioupol

Les raids aériens russes se succédaient à un rythme rapide samedi sur Mykolaïv, une ville du sud de l’Ukraine où des dizaines de soldats ont été tués la veille dans une frappe contre une caserne de l’armée. À Marioupol, ville portuaire du Sud-Est, encerclée et bombardée avec ses habitants depuis plusieurs semaines, Kiev a admis avoir perdu l’accès à la mer d’Azov. L’armée russe a affirmé vendredi avoir réussi à entrer dans la ville, et y mener des combats. Selon un conseiller du ministère ukrainien de l’Intérieur, la situation y est « catastrophique ». 

6h45 : Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct où nous allons suivre la situation autour du conflit en Ukraine, ce dimanche 20 mars, au 25e jour de l’invasion russe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi