Macron va défendre son programme sur le terrain, ses adversaires poursuivent leur campagne

9h15 : Julien Denormandie balaye l’idée que Macron a copié le programme de Pécresse

Après la présentation, jeudi, du programme d’Emmanuel Macron, Valérie Pécresse a dénoncé un « copié-collé » de son programme. « C’est du déni sur les sujets d’ordre républicains et de la contrefaçon sur les retraites, le nucléaire, l’agriculture », estime la candidate des Républicains.

« C’est assez surprenant que, plus de cinq années après le début de l’engagement politique d’Emmanuel Macron, certains n’ont toujours pas compris ce qu’était le dépassement », raille Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

9h10 : Roussel propose « une formation rémunérée à hauteur du Smic minimum » aux bénéficiaires du RSA

Jeudi, Emmanuel Macron proposait de conditionner le versement du RSA à une activité de 15h à 20h par semaine, ce qui permettrait de facilité l’insertion professionnelle. Fabien Roussel, qui dénonce le programme « dramatique » du chef de l’Etat, promet lui sur Franceinfo une « formation rémunérée correctement, à hauteur du Smic au minimum » pour les bénéficiaires du RSA.

8h53 : Macron « a avoué qu’il était prêt à prendre Pécresse dans son gouvernement », estime Guillaume Peltier

Le porte-parole d’Eric Zemmour raille le programme d’Emmanuel Macron, présenté jeudi en conférence de presse. Et évoque au micro de Sud Radio un supposé « grand aveu »  : « il a avoué qu’il était prêt à prendre Madame Pécresse dans son gouvernement. » Pour l’ancien membre des Républicains « on voit bien que Valérie Pécresse est une candidate inutile ». « C’est Madame 20h02, répète-t-il. Le 10 avril, elle annoncera à 20h02, une fois qu’elle sera éliminée, qu’elle soutient Macron en échange d’un poste. »

8h50 : Roussel « trouve particulièrement scandaleux » les propos du président à l’égard des enseignants

Jeudi, Emmanuel Macron indiquait qu’il souhaitait revaloriser « substantiellement » les salaires des professeurs qui sont « prêts à aller vers [des] nouvelles missions », c’est-à-dire à « faire plus d’efforts ». « Je trouve particulièrement scandaleux les propos du président qui a dit aux enseignants ‘vous êtes une bande de fainéants’, en substance les enseignants l’ont bien compris comme ça, dénonce Fabien Roussel sur le plateau de Franceinfo. On va avoir des enseignants qui vont devoir bosser jusqu’à 67, 68 ans. C’est la casse de l’école de la République. »

8h46 : Roussel revient sur sa passe d’armes avec Jadot au sujet de la réduction des vacances scolaires

Les deux candidats se sont écharpés jeudi sur Twitter après que Yannick Jadot a indiqué réfléchir à la réduction de la période de vacances scolaires. « Je regrette tout à fait cette proposition de Yannick Jadot qui s’attaque aux congés payés, à un acquis du Front populaire, c’est quand même grave de la part d’un candidat qui se dit de gauche », maintient Fabien Roussel au micro de Franceinfo. « Nous proposons d’augmenter le temps d’enseignement à l’école pendant les périodes où les enfants vont à l’école » rappelle-t-il.

Demandez le programme !

Économie, environnement, sécurité, santé, retraite… avant l’élection présidentielle des 10 et 24 avril prochains, nous avons compilé les propositions des candidats, classées par thématiques. Faites le tour des projets grâce à notre comparateur de programmes interactif.

8h41 : « Je ne remets pas en cause la légitimité des élections », indique Le Pen

La candidate du Rassemblement national réagit aux propos de Gérard Larcher, président Les Républicains du Sénat, qui considère qu’un président élu sans campagne risque de manquer de légitimité. « Je ne remets pas en cause la légitimité des élections, quelle que soit la campagne, balaye Marine Le Pen au micro de France Inter. Je ne serai pas le Trump de Biden. […] Ce qui m’inquiète plus, c’est le niveau d’abstention qui pourrait intervenir. » Selon le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, Sud Radio et LCI, 69,5% des Français iront voter au premier tour.

8h34 : Le Pen propose d’augmenter de 3% par an le salaire des enseignants « sans condition »

Jeudi, Emmanuel Macron indiquait qu’il souhaitait revaloriser « substantiellement » les salaires des professeurs qui sont « prêts à aller vers [des] nouvelles missions », c’est-à-dire à « faire plus d’efforts ». « Quelles sont les missions, quels sont les critères  ? », questionne Marine Le Pen sur France Inter. « Je pense que, compte tenu du niveau salarial de nos enseignants, qui est très bas dans la moyenne européenne, il faut, sans condition, les augmenter de 3% par an, de manière indifférenciée. »

8h18 : Jordan Bardella a vu Macron comme « un télévangéliste enfiler les déclarations creuses » jeudi

Jeudi après-midi, Emmanuel Macron prenait quatre heures pour dévoiler une trentaine de mesures de son programme. « Je pense que les Français commencent à être fatigués de ces longues conférences de presse assez creuses », tacle Jordan Bardella au micro d’Europe 1. « J’ai vu un télévangéliste enchaîner les déclarations très creuses, ajoute le président par intérim du Rassemblement national. J’ai vu un président qui ne répond de rien et surtout refuse la confrontation avec son propre bilan. »

8h06 : Christophe Castaner réagit aux accusations d’évasion fiscales contre le cabinet McKinsey

Jeudi, une commission d’enquête du Sénat accusait le cabinet McKinsey, régulièrement sollicité par le gouvernement durant le quinquennat, de n’avoir payé « aucun impôt sur les société entre 2011 et 2022 », alors que « son chiffre d’affaires sur le territoire national atteint 329 millions d’euros en 2020 ». « S’il y a une anomalie fiscale dans le dossier McKinsey, il faut un contrôle, et s’il y a des fautes il faut qu’il y ait des sanctions », réagit Christophe Castaner au micro de France Inter.

8h03 : « Le débat posé, intelligent, respectueux, n’existe pas aujourd’hui », regrette Christophe Castaner

Au micro de France Inter, le chef des députés de la majorité justifie à nouveau le refus d’Emmanuel Macron de débattre avec ses adversaires avant le premier tour. « C’est les Français qui vont voter et c’est les Français qui doivent se faire une opinion », indique Christophe Castaner, qui rappelle que le chef de l’Etat sera en déplacement à Pau dans l’après-midi.

« On voit bien que le débat posé, intelligent, respectueux, n’existe pas aujourd’hui, ajoute celui qui a échangé avec Anne Hidalgo jeudi soir sur France 2. Le respect de s’écouter et de ne pas s’interrompre me semble indispensable. »

7h55 : Christophe Castaner écarte l’idée que Nicolas Sarkozy ait contribué au projet de Macron

Le chef des députés de la majorité est interrogé au micro de France Inter sur une éventuelle contribution de l’ancien chef de l’Etat au projet du président-candidat contre ralliement. « Je ne crois pas qu’il y ait eu ce genre de discussions, écarte Christophe Castaner. J’en suis intimement convaincu mais ce n’est pas le sujet, je ne suis pas dans le secret de l’élaboration, de tous les moments de discussion. Le président de la République a pris le temps de rencontrer beaucoup d’acteurs. »

 

7h51 : « Les plus grands assistés, ce sont les milliardaires, qui construisent leur fortune », dénonce Poutou

Sur le plateau de France 2, Philippe Poutou dézingue la proposition d’Emmanuel Macron de conditionner le versement du RSA à une activité de 15h à 20h par semaine. « Attaquer le RSA, c’est faire croire que les pauvres sont responsables de leur misère, balaye le candidat du Nouveau parti anticapitaliste. Les plus grands assistés, ce sont les milliardaires, qui construisent leur fortune sur les aides publiques c’est-à-dire sur notre travail. »

7h48 : Poutou « ne veut pas que l’élection se joue entre les gros candidats des riches »

« Macron avance un programme antisocial et ultra-libéral, attaque le candidat du Nouveau parti anticapitaliste sur le plateau de France 2. Nous c’est l’inverse : on veut la retraite à 60 ans, la domination du temps de travail et 1800 euros minimum par mois. »  Philippe Poutou déplore également le fait que « beaucoup de gens ne votent plus », fustigeant les « reniements de la gauche », et le « piège du ‘vote utile’, qui pousse à ne pas voter pour ses propres idée ».

7h40 : Macron « flingue tous les cadres démocratiques », dénonce Poutou

Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste fustige le refus d’Emmanuel Macron de débattre avec ses adversaires avant le premier tour. « Macron parle de la nécessité de souveraineté populaire, alors qu’il flingue tous les cadres démocratiques », charge Philippe Poutou sur le plateau de France 2. « L’élection, ça ne change pas la vie, c’est caricatural cette année, le président ne veut même pas discuter, ajoute-t-il. Il faut faire comme en Corse, faire entendre la révolte venue d’en bas. »

Pourquoi Emmanuel Macron est accusé d’avoir « pillé » le programme de Valérie Pécresse ?

Après la présentation de son programme jeudi après-midi, Emmanuel Macron a été plus que jamais accusé d’avoir « copié » un certain nombre de propositions du programme de la candidate des Républicains. Une critique qu’il a balayée lors de sa conférence même si, il est vrai, son programme est pour l’instant plus ancré à droite qu’en 2017. Notre article à lire ici.

7h03 : Macron va défendre son programme sur le terrain, ses adversaires poursuivent leur campagne

Après avoir dévoilé son programme, Emmanuel Macron sera ce vendredi en déplacement de campagne à Pau, où il doit débattre avec des lecteurs de la presse régionale. Le président devrait ensuite continuer à se faire rare, avec pour l’instant un seul meeting en vue, le 2 avril à Paris. Celui de Nice la semaine prochaine se déroulera sans lui.

Ses adversaires poursuivent également leur campagne. Eric Zemmour fera face aux électeurs du groupe Ebra, dont appartient votre journal, et tiendra un meeting à Metz. Valérie Pécresse tiendra en meeting à Toulouse et Nathalie Arthaud à Bordeaux. Anne Hidalgo se rendra à la Grande mosquée de Paris avec l’ancien ministre Bernard Cazeneuve et Nicolas Dupond-Aignan sera Corse.

7h01 : Les invités des matinales

  • Sur Public Sénat à 8 heures : Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation  
  • Sur France 2 à 7h38 : Philippe Poutou, porte-parole du NPA et candidat 
  • Sur France Inter à 7h50 : Christophe Castaner, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale
  • Sur France Inter à 8h20 : Marine Le Pen, candidate RN
  • Sur Europe 1 à 8h13 : Jordan Bardella, président du RN
  • Sur Sud Radio à 8h15 : Guillaume Peltier, porte-parole d’Eric Zemmour
  • Sur LCI à 8h30 : Marion Maréchal, soutien d’Éric Zemmour
  • Sur France info à 8h30 : Fabien Roussel, candidat du PCF
  • Sur RMC/BFMTV à 8h30 : Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement

Ce qu’il faut retenir de la journée de jeudi

7 heures : Bienvenue dans ce direct consacré à l’actualité politique et à la campagne en vue de l’élection présidentielle de 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi