la Canadienne Julie Doucet remporte le Grand Prix

La Canadienne Julie Doucet a remporté ce mercredi le Grand Prix de la Ville d’Angoulême, la consécration la plus prestigieuse dans la bande dessinée.

La Québécoise de 56 ans est seulement la quatrième femme à inscrire son nom à ce palmarès. Elle est récompensée pour l’ensemble de son œuvre, essentiellement composée de fanzines où elle laisse libre cours à une esthétique punk et une imagination débridée. Elle est aussi la première Canadienne à recevoir ce prix, la très grande majorité des lauréats étant européens, surtout français ou belges.

J’ai beaucoup de mal à y croire

Julie Doucet est connue surtout pour les fanzines qu’elle a signés il y a une trentaine d’années, « Dirty Plotte », expressionnistes voire trash, réunis en un volume récemment dans des éditions anglaise, espagnole puis française.

« J’ai beaucoup de mal à y croire. En fait, je suis très nerveuse », a-t-elle déclaré sur la scène du Théâtre national à Angoulême. « Tout ça, c’est parti de presque rien, un petit fanzine dans les années 80 avec un titre pas très net. Et me voici à Angoulême, j’ai gagné le prix le plus important de l’industrie de la bande dessinée », a ajouté cette autrice qui fait très peu d’apparitions publiques.

Le Festival s’est ouvert mercredi soir par un « concert de dessins » en hommage au peuple ukrainien, qui affronte l’invasion de l’armée russe déclenchée en février. Le dessinateur de BD américain Chris Ware, qui remettait le prix 2022 à Julie Doucet après l’avoir lui-même remporté en 2021, a comparé le président russe Vladimir Poutine à « la brute de la cour de récréation ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi