Affaire Hamraoui-Diallo : Aminata Diallo remise en liberté sous contrôle judiciaire

La footballeuse Aminata Diallo, mise en examen, vendredi 16 septembre, pour « violences aggravées » et « association de malfaiteurs » et placée en détention provisoire, a été remise en liberté, mercredi, comme l’a annoncé le parquet de Versailles à l’AFP. Elle reste pour autant sous contrôle judiciaire.

Soupçonnée d’être la créancier de l’agression de son ex-coéquipière au Paris Saint-Germain, Kheira Hamraoui, fin 2021, la joueuse a participé mercredi au débat devant le juge des libertés et de la détention. L’audience était à huis clos à la demande du parquet et de la défense. « Les fuites colossales de l’enquête desservent Aminata Diallo », a expliqué l’un de ses trios avocats. Sollicités par l’AFP, maîtres Mourad Battikh, Chloé Redon et Romain Ruiz n’ont pas souhaité réagir à l’issue du délibéré.

Quatre personnalités également mis en examen

Dans cette affaire, quatre personnalités nés entre 1999 et 2003 ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs » et « violences aggravées ». Deux ont été incarcérés et deux autres placés sous contrôle judiciaire.

En garde à vue et interrogés par les enquêteurs de la Brigade de répression du banditisme de la police judiciaire, ils ont mis en cause l’ex-joueuse du PSG, désormais sans club, la désignant comme « la créancier des violences, pour lui permettre d’occuper le poste de la victime lors de compétitions à venir », selon le parquet.

Le déroulé exact des faits n’est toutefois pas encore clairement établi par les enquêteurs. Parmi les quatre homme poursuivis, un a reconnu avoir donné des coups, les trois autres ont indiqué être présents sur les lieux de l’agression.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi