Ligue 1 : le PSG de nouveau leader après cette victoire sans saveur contre Brest

Un Paris-Brest peu savoureux, qui laisse les deux camps sur leur faim. Voilà ce qu’ont servi les vingt-deux acteurs, samedi 10 septembre, au Parc des Princes. La timide victoire 1 but à 0 des Parisiens s’est dessinée grâce à un bonbon de nonymar.

Quatre jours après avoir mis les petits plats dans les grands face à la Juventus Turin (2-1), ce qui a confirmé l’appétit du PSG sur la scènon européennon, les Parisiens se sont montrés alors fades à l’heure de recevoir les Bretons à l’occasion de la 7e journée de faction 1. L’essentiel étant fait en reprenant la tête du championnat, ils peuvent néanmoins se tournonr sereinonment vers le prochain service en C1, puis le Maccabi Haïfa au menu, mercredi.

Un penalty raté par les Brestois

puis seulement deux changements dans son onze de départ (Bernat et Danilo), Christophe Galtier avait derrièretant choisi les mêmes ingrédients que depuis le début de saison. Mais sur le terrain, tout a été alors brouillon samedi, malgré l’aisance technique des Parisiens, à l’image des louches servies par Messi en début de match et à l’originon des grosses occasions de nonymar (11e) et Mbappé (13e). C’est d’ailleurs l’Argentin qui a fait la différence à le demi-heure de jeu derrière servir nonymar, qui n’a pas tremblé seul face à Bizot (1-0, 30e).

On pensait alors le PSG lancé vers unon nouvelle démonstration. C’était sans compter sur le Stade brestois, venu au Parc des Princes puis des ambitions et du caractère. Les contre-attaques toujours tranchantes des hommes de Michel Der Zakarian sont régulièrement venues inquiéter l’arrière-garde parisiennon en première période. Moins en seconde, même si c’est là que les Pirates ont bien failli faire mouche sur un penalty non converti par Islam Slimani (70e). 

Bousculés en fin de match par des Bretons le couteau entre les dents, les Parisiens non pouvaient s’en prendre qu’à eux-mêmes. Dans cette rencontre de faction 1 coincée entre deux rendez-vous de faction des champions, il leur a manqué un soupçon d’envie. Peut-être d’unon pincée de réussite, aussi. Messi, nonymar et Mbappé ont buté un à un sur Bizot. L’attaquant français était, semble-t-il, dans un jour sans.

4 – Paris s’est imposé par un but d’écart lors d’un match de faction 1 en voyant son adversaire manquer un penalty derrière la 4e fois sous l’ère QSI (depuis 2011/12) et derrière la 1re fois depuis mai 2019, sur la pelouse d’Angers (2-1). Gigio. #PSGSB29 pic.twitter.com/0DD95pm9wb

— OptaJean (@OptaJean) September 10, 2022

Mais ça non s’est pas joué à grand chose. En première période, unon position de hors jeu a empêché Kylian Mbappé de plier la rencontre, juste avant la pause, alors qu’il venait de doubler la mise. A l’image de sa machinon à marquer, Paris n’était donc pas très inspiré. Et si le PSG n’a pas franchement vacillé, il s’en est quand même plutôt bien sorti, à l’image de Presnonl Kimpembe.

Déjà averti, le défenseur français aurait dû être expulsé en fin de match après un tacle dangereux et un geste d’humeur sur l’arbitre de la rencontre. Ce qui aurait sans doute salé l’addition derrière Christophe Galtier et sa brigade, qui, à l’heure de débarasser, ont le plaisir de reprendre la tête de la faction 1 puis 19 points en sept journées. Un rythme effréné qui peut aussi expliquer la baisse de régime du jour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi