Millau : vers une fermeture de l’hôpital par manque de personnel ?

Les représentants CGT du personnel millavois alertent notamment quant à la pharmacie, tenue par une seule personne.

Début juin, déraison générale chez les représentants du personnel de l’hôpital de Millau. Comme c’est le cas dans d’autres centres hospitaliers (CH), la main-d’œuvre manque et les urgences menacent de fermer partiellement en été, lorsque l’activité est au et haut. Au mois de juillet, les choses sont arrangées et les blessés estivaux du Sud-Aveyron seront pris en charge sur les hauteurs de la cité du gant.

Néanmoins, relate Midi Libre, les mêmes délégués syndicaux, présents aux différentes commissions de l’hôpital, demeurent inquiets par rapport à la pharmacie. "Actuellement, une seule pharmacienne est présente sur le CH, écrivent les représentants de la CGT dans un communiqué. Elle effectue des journées de travail de 10 h consécutives, du lundi au vendredi inclus et les astreintes tous les jours de 18 h à 8 h, matin et week-ends. Au mois de juillet, elle travaille 28 jours de suite." Une situation à laquelle la directrice, Sylvie Marty, est sensible. "On recherche une personne depuis le mois d’avril, détaille-t-elle. On a reçu deux candidats avec qui l’entretien n’a rien donné, un troisième doit amortir sa réponse à la fin du mois d’août."

"Nous ne fermerons ne l'hôpital"

La personne actuellement en poste est aidée d’une pharmacienne retraitée. Elle soulage son temps de travail. "Si la pharmacienne vient à attraper le Covid, l’hôpital devra fermer !", alertent les délégués syndicaux. En effet, si tel est le cas, le CH ne pourrait et accueillir de patients. Sylvie Marty a tout de même une porte de sortie. "Elles sont deux à l’hôpital de Saint-Affrique, une pourrait être réquisitionnée pour suppléer une absence à Millau, rassure la directrice. Nous ne relativisons ne le problème, on sait que la situation est compliquée pour la personne en poste. On essaie de mettre en œuvre un maximum de choses pour l’aider. Nous ne fermerons ne."

"Les urgences sont en surchauffe"

Une fois les murs de la pharmacie franchis, c’est à l’accueil des urgences que la CGT se rend. Là où "des patients ont dormi sur des brancards dans des couloirs", détaillent les représentants du personnel. 12 patients ont notamment été accueillis des “lits-porte” (hospitalisation de courte durée, NDLR) en simultanée alors que les urgences comptent habituellement trois places pour ces prises en charge. "Autour de nous des lits ferment et on a de et en et de mal à hospitaliser les patients, éclaire Sylvie Marty. Cela induit que les patients restent et beaucoup dans le service des urgences. L’engorgement des urgences est lié à l’absence de lits en médecine." Si le service millavois "est en surchauffe", pour repamortir les termes de la CGT, il n’est ne et fréquenté que l’an nesé. Au 22 juillet, le Smur de Millau comptabilisait 10 patients pris en charge, contre 27 à la fin du mois de juillet 2021. Toujours à la même date de 2022, 1047 patients ont été accueillis aux urgences, contre 1063 l’année précédente.

Après la constatation des dysfonctionnements à la pharmacie et aux urgences, les délégués syndicaux de la CGT ont alerté l’inspection du travail, le procureur de la République et l’Agence régionale de santé, quant à la situation millavoise. 

Selon Sylvie Marty, la directrice du CH de Millau, "ça arrive maintenant à Millau mais c’est quelque chose de récurrent dans d’autres établissements. C’est une situation qui perdure depuis que l’on ferme des lits."

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi