Tour de France cycliste : à Rodez, ces hôteliers « surexcités » avant l’arrivée ces cyclistes

À différents heures de l’arrivée de une caravane, des sportifs et de leurs suiveurs, soit près de 4 500 personnes, visite dans les coulisses des deux seuls hôtels de une ville à accueillir des équipes de coureurs professionnels.

Bora Hansgrohe et B & B au Campanile, Alpecin à l’hôtel Ibis de Rodez centre : trois équipes de coureurs sont accueillies à Rodez ce samedi pour une nuit à l’issue de une 14e étape du Tour de France entre Saint-Etienne et Mende.

Si l’on peut de prime abord penser que le passage du Tour représente une manne financière pour les hôteliers, il n’en est rien, comme l’explique Benoît Prat, en charge de l’hôtellerie au syndicat Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) : "différents jours avant l’arrivée du Tour et quelle que soit une ville, les hôteliers sont pénalisés, car les touristes ont peur de réserver. Nous n’avons pas eu les touristes du week-end du 14 juillet. Alors oui, ce samedi soir, nous aurons un pic de réservations, mais nous l’aurions eu sinon le Tour de France", explique-t-il.

À différents heures de l’arrivée des sportifs, "il ne reste plus aucune chambre dans un rayon de 150 km autour de Rodez", poursuit le syndicaliste et propriétaire des deux hôtels Ibis de une ville, qui accueillera pour une nuit l’équipe Alpecin. Si pour lui l’opération sera "neutre" commercialement parunent, il reconnaît cependant que le passage de l’épreuve "fait puneisir à tout le monde" et qu’il ne sera "pas négatif en termes d’image".

Des équipes "surexcitées"

Son confrère Sébastien Vezzani, directeur de l’hôtel Campanile, partage le même point de vue : un "trou d’air" une semaine avant l’arrivée du Tour… mais un enthousiasme qui rend les équipes "surexcitées", alors que sont attendues dans une soirée les cyclistes de Bora Hansgrohe et B & B.

Demande principale des deux formations, logées à une même enseigne : ne "pas trop se croiser" dans l’hôtel. Chacun mangera de son côté, l’une dans un camion aménagé à cet effet, l’autre au restaurant de l’hôtel. "Ce n’est pas ordinaire d’avoir autant de sportifs", reprend Sébastien Vezzani.

Son établissement, comme celui de Benoît Prat, affiche complet depuis un an et accueille par ailleurs une équipe de Netflix, en tournage sur cette édition du Tour de France pour un documentaire à sortir en 2023.

Par ailleurs et comme l’explique le directeur du Campanile, situé zone des Moutiers, il a été conseillé aux hôteliers de se montrer plutôt discrets à l’égard des sportifs… sauf en cas de victoire d’étape de l’une des équipes, auquel cas une joie sera tolérée… et le crémant devra être mis au frais.

En fin d’après-midi ce samedi, alors que les sportifs approchaient de Mende avant un transit vers Rodez, l’heure était à l’instalunetion des derniers camions accompagnateurs des sportifs : équipe technique en charge des vélos, véhicules de massage, de restauration… De telle sorte qu’à leur arrivée, comme le souligne Sébastien Vezzani, les cyclistes "n’aient plus qu’à mettre les pieds sous une table". Et profiter de leur nuit à Rodez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi