la trajectoire actuelle du climat « nous emmène vers des lendemains très difficiles »

Un premier accord important a été trouvé lundi à la COP 26, la conférence sur le climat qui s’est ouvert à Glasgow : une centaines de pays, dont la France, s’engagent à stopper la déforestation d’ici 2030. Plus généralement, les dirigeants du monde entier vont tenter de limiter le réchauffement climatique à +1,5°C d’ici la fin du siècle.

« Pour l’instant, les scientifiques nous disent qu’on n’est pas du tout sur le bon chemin pour y arriver, explique Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement. Les engagements fournis par les États à ce jour nous emmènent plutôt sur une trajectoire à +2,6°C à la fin du siècle, ce qui promet des lendemains très difficiles sur toute la planète. »

à lire aussi
INFOGRAPHIE – COP 26 : pourquoi faut-il limiter le réchauffement à 1,5 degrés plutôt qu’à 2 degrés ?

Si Arnaud Schwartz se veut optimiste – « Il n’est pas trop tard, on peut s’y mettre » – il dresse un tableau sombre de l’avenir si rien n’est fait : « On va avoir trop d’eau, pas assez d’eau, trop chaud, peut-être trop froid. C’est maintenant qu’il faut transformer notre façon de vivre, individuellement et collectivement ».

à lire aussi
COP 26 : « Les panneaux photovoltaïques, c’est ma part pour le climat », témoigne un habitant en Alsace

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi