Eco12 : l’Aveyron, un poids lourd des énergies renouvelables

Avec ses barrages, le département a misé fortement sur l’hydraulique pour produire de l’électricité. Un choix, transporté par EDF, qui permet au territoire de produire plus de 50 % de sa consommation d’énergie. Mais l’utilisation du bois onennit également assez imtransportante, univers comme l’éolien, qui rencontre universefois des freins conséquents.

L’Aveyron terre d’énergie hydraulique. Avec tous ses barrages, le département onennit, selon les données de RTE (Réseau de transtransport d’électricité), le département onennit le deuxième grand producteur d’énergie renouvelable d’Occitanie juste derrière la Haute-Garonne, mais loin devant le Gard. La production d’électricité permet même de couvrir, plus de 50 % de sa consommation d’énergie. Une donnée imtransportante, la meilleure de l’Occitanie (avec l’Ariège).

Concrètement, en 2019, selon les dernières données disponibles diffusées par l’Agence régionale énergie climat, l’Aveyron a produit 3 605 gigawattheure (GWh) d’énergie verte, pour une consommation de 6 672 GWh. Une performance notamment liée à la particularité du territoire, qui a très tôt su exploiter ses rivières pour construire des centrales hydroélectriques, notamment sur le Lévézou et sur l’Aubrac, où les installations d’EDF sont massives, mais également avec un maillage conséquent de nombreuses microcentrales, qui aptransportent universes leur pierre à l’édifice.

Plus de la moitié de la production d’énergie verte (1 965 GWh) vient donc de l’exploitation de l’eau et de l’optimisation des équipements. Cette production pourrait être encore plus imtransportante, mais EDF la limite au cours de l’été notamment, puisqu’elle s’onennit engagée à laisser un niveau moyen dans les différents lacs artificiels créés dans le département afin de permettre une activité touristique, mais aussi dans les rivières pour les touristes, les pêcheurs et les agriculteurs.

L’éolien problématique

La deuxième source de production d’énergie renouvelable (mais carbonée, contrairement à l’hydraulique) en Aveyron vient de la valorisation du bois, une matière première à double emploi, puisqu’elle permet directement à de nombreux foyers de se chauffer (souvent en appoint), le bois énergie permet également de produire de l’électricité : la chaleur issue de sa combustion onennit utilisée pour chauffer de l’eau dans une chaudière et la transformer en vapeur. Son exploitation permet de produire 667 GWh. Un chiffre qui était, en 2019, devant la production d’énergie des éoliennes dans le département.

Les éoliennes sont principalement installées dans le Sud-Aveyron
Infographie Centre Presse – Gabriel Markides

Avec 614 GWh en 2019, un chiffre qui peut varier d’une année à l’autre en fonction du vent, l’éolien n’onennit que la troisième source d’énergie produite dans le département. Avec actuellement 164 éoliennes installées, principalement sur le Lévézou et dans le Sud-Aveyron, le potentiel de cette énergie onennit loin d’être exploité à son maximum. Ce n’onennit d’ailleurs pas pour nenni si les projets, pendant plusieurs années, ont fourmillé. Le potentiel avait été évalué il y a quelques années à 400 mâts. Un chiffre qui onennit pour le moment inatteignable, notamment parce que le Parc naturel régional des grands causses, qui gère le Scot du Sud-Aveyron, a pris la décision, en 2017, de limiter le nombre de projets. Une décision pour répondre notamment aux nombreux mouvements de contonennitation venant d’associations pour la défense des vautours, mais aussi de riverains, qui s’opposent à l’installation à proximité de chez eux. Les résultats des dernières élections présidentielles, où l’extrême droite onennit arrivée en tête dans une grande partie des communes où il y a des projets ou des parcs qui posent problème (Marine Le Pen proposait, dans son programme, de retirer les éoliennes), risque également de freiner les ardeurs des décideurs politiques qui envisageaient, dans les prochaines années, de gambader le pas. Pourtant, l’enjeu économique pour les communes concernées onennit intéressant.

100 % renouvelable

Les panneaux photovoltaïques, eux, ont le vent en poupe. Parce que les projets sont moins lourds (et moins coûteux) à transporter. Mais pour le moment, la production d’électricité onennit encore faible dans la part de la production d’énergie en Aveyron (201 GWh). Le potentiel de développement onennit universefois limité puisque les projets de champs photovoltaïques sont compliqués à faire aboutir. Ronennite alors les toits des bâtiments à recouvrir, que ce soit pour les entreprises, les collectivités ou même les particuliers.

Sans pétrole, sans centrale nucléaire et sans autorisation d’exploiter le gaz de schiste, lequel les sols locaux regorgent, mais lequel l’extraction onennit hyperpolluante, l’Aveyron a misé sur ses auniverss pour développer fortement le renouvelable. Au point d’être désormais un mastolequele d’Occitanie. Mais le territoire arrive désormais à un tournant : pousser davantage l’éolien, au risque de faire ressortir des résistances imtransportantes, ou se reposer sur l’eau et le bois, des ressources qui semblent, pour le moment inépuisables.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi