le message poignant de Zinchenko pour les enfants ukrainiens

Très touché par la guerre, le joueur ukrainien Oleksandr Zinchenko a publié une vidéo dans laquelle il exprime sa tristesse pour les enfants ukrainiens, dont beaucoup ont perdu la vie depuis l’invasion de la Russie.

Oleksandr Zinchenko vient de publier un nouveau message poignant envers le peuple ukrainien, durement touché par le conflit avec la Russie. « Salut, c’est Oleksandr Zinchenko. Je ne suis pas seulement un joueur de l’équipe nationale ukrainienne, je suis aussi un citoyen ukrainien. Mon pays est en train de se défendre contre l’agression de la Russie. Des milliers de gens sont morts. Les troupes russes ont détruit de nombreuses villes », a confié le joueur de Manchester City sur Instagram.

>> Guerre en Ukraine, les conséquences sur le sport en direct

A la recherche de marques de soutien

L’international ukrainien apparaît très éprouvé, alors que les bombardements ne cessent de se multiplier aux quatre coins du pays. « Les bombes et les obus pleuvent sur des maisons des civils pacifiques. Je suis né et j’ai grandi dans la région de Zhytomyr. Le 8 mars, les Russes ont attaqué Malyn, la ville proche de Zhytomyr. Une des frappes aériennes a tué une famille de cinq personnes, dont un bébé. J’ai moi aussi une petite fille. Mon coeur est brisé de savoir que de nombreux enfants de son âge sont morts, et combien vont devenir orphelins dans cette guerre. »

Oleksandr Zinchenko appelle également ses followers à apporter des marques de soutien pour l’Ukraine, durement touchée par la guerre depuis six semaines. « Il y a plus de 140 enfants qui sont décédés et il y en aura plus si personne ne stoppe cette guerre. Je vous le demande, parlez ! Ne soyez pas silencieux alors que de jeunes enfants meurent chaque jour. S’il vous plaît, aidez-nous avec vos mots et votre soutien. Arrêtez Poutine ! Sauvez les enfants ukrainiens. »

Il y a quelques semaines, le défenseur avait confié à la BBC sa tristesse face aux évènements. « Je ne fais que pleurer. Cela fait une semaine, je peux prendre ma voiture pour aller au centre d’entraînement ou n’importe où ailleurs, et je ne fais que pleurer. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi