la Pologne et l’Espagne évoquent « un génocide » à Boutcha

10h36 : L’Union européenne discute « en urgence » de nouvelles sanctions

L’Union européenne discute ce lundi « en urgence » de nouvelles sanctions contre la Russie.

10h06 : Varsovie propose une commission d’enquête internationale sur « le génocide » en Ukraine

Le Premier ministre polonais a appelé ce lundi à créer une commission d’enquête internationale sur « le génocide » commis selon lui par l’armée russe dans des villes ukrainiennes, dont Boutcha. « Ces massacres sanglants commis par des Russes, des soldats russes, méritent d’être appelés par leur nom. C’est un génocide, et il doit être jugé », a déclaré à la presse Mateusz Morawiecki. « C’est pourquoi nous proposons de mettre en place une commission internationale pour enquêter sur ce crime de génocide. »

9h52 : Poutine « un interlocuteur indispensable pour la paix mais il ne peut plus devenir un allié de la France »

Vladimir Poutine « sera un interlocuteur indispensable pour la paix mais il ne peut plus devenir un allié de la France » a déclaré ce lundi matin la candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

9h44 : Le Premier ministre espagnol évoque un possible « génocide »

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a évoqué lundi un possible « génocide » en Ukraine après le massacre de civils mis au jour à Boutcha, près de Kiev, à la suite du retrait des troupes russes. « Nous allons faire tout notre possible pour que ceux qui ont perpétré ces crimes de guerre ne restent pas impunis et puissent comparaître devant les tribunaux, dans ce cas précis devant la Cour pénale internationale, pour répondre de ces cas présumés de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et, pourquoi ne pas le dire également, de génocide », a déclaré M. Sanchez lors d’un forum économique.

9h43 : « Je pense qu’il s’agit d’un crime de guerre » déclare Marine Le Pen

Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national à l’élection présidentielle, a aussi souligné que le massacre de Boutcha en Ukraine est « un crime de guerre »

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

8h50 : Macron favorable à de nouvelles sanctions

« Ce qu’il vient de se passer après Boutcha impose un nouveau train de sanctions et des mesures très claires », a déclaré Emmanuel Macron, le président candidat sur France inter ce lundi matin. « On va se coordonner avec l’Allemagne » pour ces sanctions « en particulier sur le charbon et le pétrole ». « Il faut qu’on puisse avancer. Les prochains jours doivent donner lieu à une concertation européenne », a-t-il dit. Et d’ajouter  : « Avec ce qui est en train de se passer, il faut envoyer le signal que ce sont notre dignité collective et nos valeurs qu’il faut défendre. »

On va se coordonner avec l’Allemagne en particulier sur le charbon et le pétrole

8h46 : « Je pense qu’il est à-peu-près établi que c’est la Russie »

« Les scènes de Boutcha sont insoutenables, nous sommes tous choqués. Il y a des indices très clairs sur des crimes de guerre », a indiqué le président français Emmanuel Macron ce lundi matin sur France Inter. Les auteurs « devront en répondre ». « Je pense qu’il est à-peu-près établi que c’est la Russie » a affirmé le chef de l’Etat.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

8h23 : Pour Jadot le seul moyen d’arriver au cessez-le-feu « c’est d’arrêter d’importer du gaz et du pétrole russe »

Pour le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot le seul moyen de faire plier Vladimir Poutine et de l’amener au cessez-le-feu « c’est d’arrêter d’importer du gaz et du pétrole russe ».

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

8h20 : Kiev, prêt sous conditions à accepter un statut neutre du pays  ?

Le négociateur en chef russe dans les pourparlers de paix avec l’Ukraine, Vladimir Medinski, a salué dimanche une position « plus réaliste » selon lui de Kiev, prêt sous conditions à accepter un statut neutre du pays, réclamé par Moscou. « La partie ukrainienne a adopté une approche plus réaliste des questions liées au statut neutre et dénucléarisé de l’Ukraine », a dit M. Medinski. Le négociateur en chef ukrainien, David Arakhamia, avait affirmé samedi que Moscou avait accepté « oralement » toutes les positions ukrainiennes, « sauf en ce qui concerne la question de la Crimée ».

6h40 : « 350 civils tués sans distinction à Boutcha »

Selon le maire de la ville de Boutcha sur BFMTV, « des hommes, des femmes et des enfants ont été tués sans distinction ». Il indique que 350 civils ont été tués et dénonce « une chasse à l’homme » menée par les soldats Russes.

6h37 : La Russie demande une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur Boutcha

La Russie a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU pour statuer sur les « provocations haineuses » commises selon elle par l’Ukraine à Boutcha, où les troupes russes sont accusées d’atrocités contre des civils. Moscou a démenti avoir tué des civils. Le ministère russe de la Défense a affirmé que les images de cadavres dans les rues de la ville étaient « une nouvelle production du régime de Kiev pour les médias occidentaux ».

6h16 : Après les massacres de civils à Boutcha, les Occidentaux veulent adopter de nouvelles sanctions

Les Occidentaux veulent adopter de nouvelles mesures contre Moscou, après le massacre de civils mis au jour à Boutcha, près de Kiev et après avoir déjà acté plusieurs trains de sanctions depuis le 24 février. « Plus de sanctions et d’aide de l’UE sont en chemin », a, le premier, tweeté dimanche le président du Conseil européen, Charles Michel. « Nous déciderons de nouvelles mesures entre Alliés dans les prochains jours », a avancé de son côté le chancelier allemand Olaf Scholz, assurant que « le président Poutine et ses soutiens en subiront les conséquences ».

5h48 : Le pape « disponible » pour aider au règlement de la guerre en Ukraine

Le pape François a exprimé dimanche sa « disponibilité » pour contribuer à faire taire les armes en Ukraine. Il a confirmé qu’un déplacement à Kiev faisait partie des options. « Je ne sais pas s’il pourra avoir lieu, ni s’il serait utile », a-t-il cependant souligné à bord de l’avion qui le ramenait à Rome au terme d’une visite-éclair à Malte.

Photo Andrew MEDICHINI/SIPA

5h47 : L’horreur à Boutcha

A Boutcha, ville proche de Kiev reprise par les forces ukrainiennes après le retrait de l’armée russe, des charniers et des cadavres jonchant les rues ont été découverts samedi. L’Ukraine a dénoncé un « massacre délibéré », accusant la Russie de « génocide ».

Tour à tour, Washington, Paris, Berlin, Madrid ou Londres ont dénoncé les « atrocités », voire les « crimes de guerre » commis notamment à Boutcha. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres s’est dit « profondément choqué » et a réclamé une enquête indépendante.

Des soldats ukrainiens dans les rues de Boutcha le 3 avril. Photo SIPA

5h46 : Les derniers faits marquants sur le front militaire

– Une série d’explosions ont secoué dimanche matin Odessa, principal port de l’Ukraine, dans le sud-ouest du pays. Elles n’ont pas fait de victime, selon l’armée ukrainienne. La Russie a indiqué avoir mené des frappes par « des missiles maritimes et terrestres de haute précision » qui ont selon elle « détruit une raffinerie et trois sites de stockage de carburants et de lubrifiants » près d’Odessa.

– Sept personnes ont été tuées et 34 blessées dans une frappe russe sur un quartier d’habitation à Kharkiv, la grande ville du nord-est.

– Une personne a été tuée et 14 blessées dans une frappe russe à Mykolaïv dans le sud de l’Ukraine. Un adolescent de quinze ans, légèrement touché, figure parmi les personnes hospitalisées.

– Une personne a été tuée et trois blessées dans une frappe russe contre un hôpital à Roubijne, dans l’est.

– Des centaines de personnes fuyaient dimanche la ville de Kramatorsk, dans l’est, par peur d’une possible offensive russe sur cette partie du pays.

– Les forces russes ont ouvert le feu dimanche pour disperser une manifestation contre leur présence à Khakovka, une ville occupée du sud, faisant un nombre indéterminé de blessés. Non loin de là, à Kherson, des équipements militaires russes ont été déployés face à des personnes qui protestaient également contre l’occupation de leur ville.

Infographie Visactu

Ce qu’il faut retenir de la journée de dimanche

  • Boutcha, au nord-ouest de Kiev, était au centre de l’attention. Des charniers et des cadavres jonchant les rues ont été découverts par les forces ukrainiennes. Selon la procureure générale d’Ukraine, les corps sans vie de 410 civils ont été retrouvés dans les territoires de la région de Kiev récemment repris aux troupes russes.
  • De nombreuses voix occidentales se sont élevées pour condamner ce qui semble être des « crimes de guerre » commis par l’armée russe. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé la Russie de commettre un « génocide ».
  • L’ONG Human Rights Watch a diffusé des témoignages d’habitants de la région de Kiev, notamment de Boutcha et d’Irpin, qui indiquent des exactions contraires aux droits de l’homme par les militaires russes : viols, exécutions sommaires, vols, violences…
  • Emmanuel Macron a affirmé que « les autorités russes devront répondre de ces crimes ».
  • Le ministère russe de la Défense a assuré que ses forces n’avaient pas tué de civils à Boutcha.
  • Des missiles russes ont visé des raffineries ainsi que des entrepôts de pétrole, notamment à Odessa, Krementchouk et Nikolaïv.
  • La Croix-Rouge tente une nouvelle fois de faire sortir des civils de Marioupol, où la situation humanitaire est toujours catastrophique.
  • Le négociateur en chef russe dans les pourparlers de paix avec l’Ukraine, Vladimir Medinski, a salué une position « plus réaliste » selon lui de Kiev, prêt sous conditions à accepter un statut neutre du pays, réclamé par Moscou.
  • Plus de 500 000 personnes sont retournées en Ukraine depuis le début du conflit.

5h45 : Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct où nous allons suivre la situation autour du conflit en Ukraine, ce lundi 4 avril, au 40e jour de l’invasion russe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi