l’anecdote sur Chirac et Zidane après son coup de boule

Dans leur livre La République du foot, Jean-Baptiste Guégan et Clément Pernia reviennent notamment sur la discussion qui avait eu lieu entre Zinédine Zidane et Jacques Chirac après la défaite des Bleus contre l’Italie à la Coupe du monde 2006.

Il aimait sans doute plus les sportifs que le sport. Décédé le 26 septembre 2019 à l’âge de 86 ans, Jacques Chirac était davantage prêt à transpirer pour ses campagnes électorales que dans les stades. Ce qui ne l’empêchait pas de se déplacer de temps en temps pour assister à une belle affiche. Il en reste des moments cultes. Comme cette séquence avant France-Brésil en 1998 présente depuis dans tous les bêtisiers de Noël quand il feint de scander les noms des Bleus, lui qui avait visiblement mal révisé sa compo. Il y a aussi ce lapsus mémorable deux jours après cette finale lors de la garden-party de l’Elysée. Au moment de prendre la parole, l’ancien président s’offre l’une des plus belles gaffes de son premier mandat.

« L’équipe de France et la Coupe de France », lance-t-il avant de se corriger: « Euh, la Coupe du monde, pardon! » Fervent supporter des Bleus, Jacques Chirac avait aussi noué une relation très spéciale avec Zinédine Zidane. Une anecdote racontée par Jean-Baptiste Guégan et Clément Pernia, auteurs du livre La République du foot (Amphora) paru le 31 mars. Ce spécialiste en géopolitique et ce journaliste reviennent notamment sur un grand moment : la discussion entre Jacques Chirac et Zinédine Zidane après le coup de boule de ce dernier lors de la finale perdue par l’équipe de France contre l’Italie au Mondial 2006.

Un échange de 10-15 minutes

« Tout le monde est dévasté après cette finale. Personne n’a vraiment vu en tribunes ce qui s’est passé (sur l’expulsion de Zidane). Jacques Chirac intime l’ordre à Jean-François Lamour (alors ministre de la Jeunesse, des sports et de la vie associative, ndlr) de trouver l’information. Chirac descend dans les vestiaires et s’isole avec Zidane à la fin du match. Ça dure 10-15 minutes. Lamour nous a dit qu’il avait essayé de savoir ce qui s’était passé. Mais personne ne sait ce qui s’est dit », a raconté Jean-Baptiste Guégan lors d’un live Twitch organisé avec le streameur Rivenzi. Jacques Chirac en avait lui-même parlé dans les colonnes de Ouest-France en 2010 :

« En 2002, je n’aurai pas l’occasion de me rendre en Corée du Sud et au Japon. La Coupe du monde en Allemagne, quatre ans plus tard, m’offrira, elle, la possibilité de suivre un parcours exceptionnel, terminé sur un coup du sort dans les circonstances que l’on sait. J’aurai, à l’issue de la finale perdue, une conversation privée avec Zinédine Zidane, dans le vestiaire. Un échange intense. Un échange que je garde en mémoire. Un échange avec un homme blessé, pour lequel j’ai depuis plus de dix ans, énormément d’estime. »

Marqué par le décès de celui qui l’avait fait chevalier de la Légion d’Honneur après le sacre tricolore en 98, Zinédine Zidane lui avait rendu un très bel hommage il y a trois ans : « Je suis triste, tout simplement parce que je le connaissais personnellement. Il a été notre président mais surtout le président et l’ami de tous les sportifs. Il adorait les gens, et pas seulement dans la politique mais également les personnes les plus retirées dans les campagnes. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi