plus de 4,1 millions de réfugiés depuis le début de l’invasion russe

Les principales informations

  • Un conseiller présidentiel ukrainien a fait état d’un « retrait rapide » des forces russes des régions de Kiev et Tcherniguiv, dans le nord de l’Ukraine, avec pour objectif de « prendre pied dans l’est et le sud ».
  • Plus de 3 000 personnes ont fui vendredi la région de Marioupol, en bus et voitures privées.
  • Ce samedi, sept couloirs humanitaires seraient ouverts dans l’est et le sud-est.
  • Le pape, en visite à Malte, a critiqué Vladimir Poutine et envisage d’aller à Kiev.
  • Le gouverneur de la région russe de Belgorod a accusé vendredi l’Ukraine d’avoir mené à l’aube une attaque à l’hélicoptère contre ce qu’il a décrit comme un « dépôt de pétrole » dans cette ville. Ce qui, pour lui, limite les négociations.
  • Les pourparlers russo-ukrainiens visant à mettre fin au conflit ont repris par visioconférence.
  • Plus de 4,1 millions d’Ukrainiens ont fui leur pays.
  • Le président Zelensky a demandé à Emmanuel Macron de poursuivre ses efforts diplomatiques pour obtenir de la Russie les conditions nécessaires à une opération humanitaire.
  • Le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires sera dimanche à Moscou afin d’essayer d’avoir un « cessez-le-feu humanitaire » en Ukraine.

15h35 : Maks Levine, un photographe ukrainien chevronné, tué par balles près de Kiev

Un photographe ukrainien chevronné, dont on était sans nouvelles depuis trois semaines, a été retrouvé mort après le retrait de troupes russes d’un territoire proche de Kiev. « Il a disparu dans la zone des hostilités le 13 mars dans la région de Kiev. Le 1er avril, son corps a été retrouvé près du village de Gouta Mejyguirska », à quelques dizaines de kilomètres au Nord de la capitale, a indiqué sur Telegram le chef de l’administration présidentielle ukrainienne Andriï Iermak. 

Pour le parquet ukrainien, le photographe a été victime de tirs de soldats russes.

15h15 : La France réclame la sécurité des centrales nucléaires

Après la visite de l’AIEA en Ukraine et un mois de crise après la prise par l’armée russe de la centrale de Tchernobyl (finalement désertée), la diplomatie française insiste sur la sécurité des centrales. Le Quai d’Orsay a rappelé que les installations nucléaires ukrainiennes étaient uniquement à usage civil et pacifique.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

15h10 : Des manifestants anti-guerre arrêtés en Russie

Plus d’une vingtaine de personnes ont été arrêtées ce samedi dans un parc de Moscou lors d’un sit-in contre l’offensive russe en Ukraine.

Des arrestations ont également eu lieu à Saint-Pétersbourg (Nord-Ouest) lors d’un rassemblement similaire, dans le cadre d’une action nationale annoncée sur les réseaux sociaux. Une quarantaine de personnes étaient présentes dans l’endroit désigné pour le sit-in en centre-ville, sans qu’on puisse dire s’il s’agissait de manifestants, selon une journaliste de l’AFP. Néanmoins, jusqu’à vingt-cinq personnes ont été arrêtées.

La Russie a interdit toute manifestation.

14h10 : Plus de 4,1 millions de réfugiés

Plus de 4,1 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis le 24 février, selon les chiffres du Haut commissariat aux réfugiés. Le Haut-commissariat aux réfugiés recensait exactement 4 137 842 réfugiés ukrainiens samedi en milieu de journée. Ce sont 34 966 de plus que lors du précédent pointage, vendredi.

L’Europe n’a pas connu un tel flot de réfugiés depuis la Deuxième guerre mondiale

Quelque 90 % de ceux qui ont fui l’Ukraine sont des femmes et des enfants, les autorités ukrainiennes n’autorisant pas le départ des hommes en âge de porter les armes.

13h17 : Un mandat d’arrêt souhaité à l’encontre de Vladimir Poutine pour « crimes de guerre »

L’ancienne procureure générale auprès du Tribunal pénal international demande à ce qu’un mandat d’arrêt soit délivré à l’encontre de Vladimir Poutine. Dans un entretien avec le quotidien Le Temps, Carla Del Ponte estime que le président russe est « un criminel de guerre ». « Délivrer un mandat d’arrêt international serait un signal important que le travail d’investigation a été réalisé. C’est le seul moyen de le présenter devant le Tribunal pénal international. »

Pour autant, un tel mandat ne signifierait pas l’emprisonnement de Vladimir Poutine. « Tant qu’il demeure en Russie, il ne sera pas emprisonné. Cependant, il lui serait impossible de quitter le pays sans risquer la prison. Ce serait un message fort, montrant l’unité de nombreux pays contre lui. »

12h38 : plus 5 000 morts à Marioupol

Selon la mairie de Marioupol, au moins 5 000 habitants seraient morts. 160 000 sont toujours bloqués dans la ville.

AP Photo/Andrew Medichini/Sipa

12h35 : Le pape envisage de se rendre à Kiev et critique Poutine

En visite actuellement à Malte, le pape François Ier a fait savoir lors d’une conférence de presse qu’il aimerait aller à Kiev. Il appelle à des « réponses globales » face à « l’élargissement de l’urgence migratoire ».

Lors de son discours à La Valette, le souverain pontif n’a pas nommé directement le président Poutine, mais le sous-entendu est clair : « Quelque puissant, tristement enfermé dans ses prétentions anachroniques d’intérêts nationalistes, provoque et fomente des conflits. » Avant d’évoquer le « vent glacial de la guerre » venu de « l’Est de l’Europe ». « Nous pensions que l’invasion de pays, les batailles sauvages dans les rues et les menaces nucléaires relevaient d’un sombre passé. »

12h30 : Les 86 militaires ukrainiens échangés avec des militaires russes sont accueillis en héros

Vendredi, l’Ukraine avait dévoilé avoir procédé à un échange de prisonniers avec la Russie. En tout, 86 militaires, dont 15 femmes, ont été rapatriés. La vice-première ministre Iryna Verechtchouk les a accueillis ce samedi.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

12h14 : Les forces russes en retrait au nord ?

Selon un responsable ukrainien, les forces russes seraient en train de se « retirer rapidement » du nord du pays. Mykhaïlo Podoliak a expliqué sur la messagerie Telegram qu’il « est tout à fait clair que la Russie a choisi une autre tactique prioritaire : se replier vers l’est et le sud, garder le contrôle de vastes territoires occupés et y prendre pied de façon puissante ».

« Nous ne pouvons certainement pas nous passer d’armes lourdes si nous voulons débloquer l’Est et Kherson (région du Sud) et repousser les Russes le plus loin possible », souligne-t-il.

Le gouverneur de la région Tcherniguiv, Viatcheslav Tchaous, a de son côté noté que la ville éponyme, déjà dévastée par les combats des dernières semaines, n’a pas subi de nouvelles frappes au cours de la nuit. Les Russes « se retirent de la région de Tcherniguiv », a-t-il souligné.

12h11 : Le groupe Kalush Orchestra, qui représente l’Ukraine à l’Eurovision, chante dans les rues de Lviv

Le groupe Kalush Orchestra (Orchestre Kalush) chante dans les rues de la Vieille Ville de Lviv. Il représente l’Ukraine au prochain concours Eurovision de la chanson, dès le 10 mai à Turin, avec la chanson « Stefania ».

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

11h41 : La Croix-Rouge tente d’évacuer des civils de Marioupol

Selon un porte-parole de l’organisation, « nos équipes sont en route depuis ce matin en direction de Marioupol. Nous ne pouvons donner plus d’informations pour le moment. »

Une tentative avait échoué vendredi. Alors que le convoi, mené par le Comité international de la Croix-Rouge, partait de Marioupol, les 54 bus et autres véhicules privés ont dû faire demi-tour, à cause des combats.

11h30 : Le géant hôtelier Accor reste ouvert en Russie

Le groupe hôtelier français Accor continue d’opérer en Ukraine comme en Russie, parce qu’il y rend des services « extrêmement précieux voire indispensables », a défendu son PDG Sébastien Bazin samedi sur la radio France Inter, ajoutant ne pas contribuer à l’effort de guerre russe car il ne « paie pas d’impôts » en Russie.

« Je ne gagne pas d’argent là-bas, donc personne ne peut me dire que je finance la guerre » russe en Ukraine, a-t-il exposé. « Je ne paie pas d’impôts parce que j’y perds de l’argent, on est à 32% de taux d’occupation alors qu’on commence à gagner de l’argent à 55% ». « On est présent dans les moments difficiles partout dans le monde, Accor n’a jamais en 50 ans fermé d’hôtel dans une zone de conflit », a-t-il expliqué. « Les collaborateurs, c’est la seule chose à laquelle je tiens, s’ils ne sont pas là on ne peut pas fonctionner. J’en ai 3 800 en Russie dans 55 hôtels dont je ne suis pas propriétaire mais gestionnaire et donc responsable de ces collaborateurs ».

Il a estimé que « le service qu’on rend en Russie est extrêmement précieux, voire indispensable pour les médias, les organisations caritatives, les délégations étrangères qui viennent négocier, et si on ferme vous n’aurez plus aucun témoin là-bas ».

11h : La Station spatiale internationale impactée à long terme

Selon Dimitri Rogozin, directeur de Roscosmos, tant que les sanctions contre la Russie sont en place, il sera impossible de reprendre des « relations normales » avec les autres pays impliqués dans la Station spatiale internationale, à savoir les Etats-Unis, l’Europe, le Canada et le Japon.

L’Agence spatiale européenne a suspendu sa coopération avec Roscosmos sur la mission ExoMars. Et plusieurs satellites ont vu leur lancement depuis Baïkonour annulé. 

10h30 : De nouvelles sanctions européennes attendues

L’union européenne a annoncé réfléchir à de nouvelles sanctions contre la Russie, mais cela « n’affecterait pas » le secteur énergétique. Selon le commissaire à l’économie Paolo Gentiloni, la guerre en Ukraine aura des conséquences sur l’économie européenne, mais pas une récession.

9h55 : Sept couloirs humanitaires ouverts

La vice-première ministre ukrainienne, Irina Verechtchouk, a annoncé que sept couloirs humanitaires seront ouverts ce samedi pour évacuer des personnes de Marioupol et de Berdyansk.

9h45 : L’économie ukrainienne en chute libre

Sans surprise, le ministre ukrainien de l’Economie a expliqué que l’économie du pays avaient diminué de 16% durant le premier trimestre de 2022. Il estime que l’économie subira une chute de 40% cette année.

Ukrainian Presidential Press Office via AP/SIPA

8h56 : Le président ukrainien prévient que les Russes laissent des mines

Le président Zelensky s’est adressé aux Ukrainiens pour les prévenir : les troupes russes poseraient des mines sur tout le territoire, « y compris dans des maisons et même des cadavres ». Selon lui, un retrait serait en cours autour de Kiev et de Tchernihiv (au nord du pays), où les forces ukrainiennes auraient repris 29 sites.

L’armée ukrainienne a déclaré avoir repoussé neuf attaques vendredi, ce faisant détruisant 8 tanks, 44 véhicules blindés, 16 véhicules et 10 systèmes d’artillerie.

Selon le ministère de la défense britannique, les forces russes se seraient retirées de l’aéroport de Hostomel.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte », les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs », vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix

J’accepte
J’accepte tous les traceurs

8h  : Les premiers bus avec des réfugiés de Marioupol sont arrivés à Zaporijie

Plus de 3 000 personnes ont pu fuir Marioupol et sa région dans la nuit de vendredi à samedi. Les trente bus sont arrivés dans la nuit de vendredi à samedi à Zaporijie.

7h45  : Pékin assure ne pas contourner les sanctions occidentales envers Moscou

La Chine ne contourne pas « délibérément » les sanctions occidentales contre la Russie, a assuré samedi Pékin, au lendemain d’un avertissement de l’UE que tout soutien à Moscou nuira à ses relations économiques avec l’Europe.
Proche partenaire de Moscou, Pékin s’est jusqu’à présent gardé de condamner l’invasion russe, se contentant d’appeler l’ensemble des parties à la retenue.

Pékin s’oppose aux sanctions contre la Russie et les juge contreproductives pour résoudre la situation en Ukraine. Les entreprises chinoises font cependant preuve de prudence dans leurs échanges avec la Russie, de peur d’être frappées par ricochet par ces sanctions.

« La Chine n’est pas partie prenante à la crise ukrainienne […] Par conséquent, nos échanges commerciaux avec Moscou ne devraient pas être visés » par des sanctions, a estimé M. Wang, interrogé par la presse au lendemain d’un sommet Chine-UE.

7h20 : L’Ukraine accusée d’avoir frappé en Russie

Le gouverneur de la région russe de Belgorod a accusé vendredi l’Ukraine d’avoir mené à l’aube une attaque à l’hélicoptère contre ce qu’il a décrit comme un « dépôt de pétrole » dans cette ville située à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne.

Le Kremlin a estimé que cet incident n’allait pas « créer les conditions appropriées pour la poursuite des négociations ». La partie ukrainienne n’a de son côté pas formellement démenti, mais a suggéré un « sabotage ».
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ensuite déclaré à la chaîne américaine Fox News: « Je suis désolé, je ne discute pas de mes ordres en tant que commandant en chef ».

7h15  : Des milliers de personnes évacuées de la région de Marioupol

Plus de 3 000 personnes ont fui la région de Marioupol, en bus et voitures privées, ont annoncé les autorités ukrainiennes, alors que la Croix-Rouge, après un premier échec, prépare une nouvelle tentative d’évacuation samedi de la ville portuaire assiégée et dévastée.

Dans le sud-est, Marioupol reste disputée par les deux camps, et la situation humanitaire y est catastrophique. Après des semaines de bombardements de cette ville stratégique sur la mer d’Azov, les autorités locales ont fait état d’au moins 5 000 habitants tués.

Selon les dernières estimations, quelque 160 000 personnes sont toujours coincées dans la ville.

« Aujourd’hui (vendredi), les couloirs humanitaires ont fonctionné dans trois régions: Donetsk, Lougansk et Zaporojie. Nous avons réussi à sauver 6 266 personnes, dont 3 071 de Marioupol », a affirmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky via une vidéo diffusée dans la nuit de vendredi à samedi.

D’autres évacuations sont « attendues et planifiées » dans la journée.

6h49 : « Nous voyons des relèves de force, mais pas encore de net retrait », dit Parly

« La Russie est en train de réorganiser et régénérer son dispositif militaire. Nous voyons des relèves de force, mais pas encore de net retrait », a indiqué la ministre française des Armées Florence Parly dans un entretien publié vendredi soir par Le Parisien.

« Personne n’est dans le cerveau du président Poutine, il est difficile de dire ce qui se prépare. Nous ne pouvons exclure que le pire soit encore à venir », ajoute-t-elle.

6h48 : Le Bolchoï danse en soutien à « l’opération militaire »

Le Théâtre Bolchoï à Moscou a annoncé qu’un ballet « héroïque » serait présenté ce samedi en soutien de l’opération militaire russe en Ukraine, tous les revenus du spectacle devant être remis aux familles des soldats russes tués dans cette offensive lancée fin février.

6h47 : Nouvelle tentative d’évacuation de Marioupol prévue ce samedi

L’importante opération d’évacuation qui devait être organisée à Marioupol, notamment par la Croix-Rouge, a été une nouvelle fois avortée vendredi. Le CICR a annoncé qu’il avait été « impossible » dans l’immédiat de tenter d’évacuer des milliers de civils bloqués dans des conditions humanitaires dramatiques dans la ville dévastée, ajoutant qu’une nouvelle tentative aurait lieu ce samedi. Cette opération avait été prévue vendredi avec l’accord apparent de Moscou.

Plus d’un mois après l’invasion de l’Ukraine, Marioupol, port stratégique du sud-est du pays, sur la mer d’Azov, reste assiégé et pilonné sans relâche. Au moins 5 000 personnes ont péri et 160 000 civils seraient toujours bloqués dans la ville, selon des sources ukrainiennes.

6h46 : Les derniers faits marquants sur le front militaire

– Les Russes « poursuivent leur retrait partiel » du nord de la région de Kiev vers la frontière bélarusse, a indiqué le ministère ukrainien de la Défense, qui dénonce des pillages des soldats russes.

– Dans cette même zone, les villages de Sloboda et Lukashivka, au sud de Chernihiv, ont été repris par les troupes ukrainiennes.

– À l’Est, « les forces russes ont échoué à prendre le moindre territoire depuis 24 heures », selon l’Institut américain pour l’étude de la guerre (ISW).

– Les Ukrainiens ont affirmé avoir libéré 11 localités de la région de Kherson (sud). Deux personnes ont été tuées et deux autres blessées dans des bombardements russes jeudi, selon le gouverneur régional.

Infographie Visactu

6h45 : Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct où nous allons suivre la situation autour du conflit en Ukraine, ce samedi 2 avril, au 38e jour de l’invasion russe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi