l’alerte de la vice-présidente des Irrésistibles français sur les hébergements, les prix et la billetterie

L’association de supporters de l’équipe de France, les Irrésistibles français, a publié, vendredi 1er avril, une série de tweets afin d' »alerter les supporters français » à quelques jours de l’ouverture de la billetterie pour la Coupe du monde 2022 au Qatar. Contacté par Franceinfo:sport, Anne Costes, la vice-présidente de l’association, qui s’occupe notamment des déplacements des supporters des Bleus, a accepté de répondre à nos questions pour clarifier la situation.

Vous mettez en avant de gros problèmes logistiques et financiers, notamment au niveau des logements pour les supporters voulant se rendre à la Coupe du Monde. Pouvez-vous expliquer la situation ?

Pour l’instant, une plateforme en ligne recense les hébergements disponibles au Qatar. Elle est ouverte depuis le 21 mars, mais on ne peut réserver un hébergement que si on a acheté un billet de match. Or, cette billetterie pour les matchs de l’équipe de France ouvre le 5 avril. Et étant donné qu’une première phase de vente, où on pouvait acheter des places sans connaître le match, a déjà eu lieu, on n’est même pas sûr qu’il y ait encore des hébergements disponibles.

Pour l’instant, il y a un peu de tout en matière de tarifs. Mais les logements dans des fourchettes de prix raisonnables sont loin de Doha, et sont aussi loin des standards qu’on attend d’un hôtel ou d’un appartement. De plus, lors des derniers événements, notre association s’occupait de réserver des hébergements de groupe. C’est impossible actuellement, au vu de l’organisation mise en place par le Qatar.

Comment la Fédération française de football (FFF) gère-t-elle la situation ? Est-elle concernée par vos inquiétudes ?

La FFF connaît notre situation, car l’association a des réunions avec eux assez régulièrement. Cependant, ils n’ont aucune information pour le moment. La personne en charge de la billetterie aura une réunion demain (samedi) avec la FIFA pour expliquer le processus.

Malheureusement, cette réunion intervient seulement trois jours avant l’ouverture de la billetterie supporters, on va donc savoir au dernier moment comment ça se passe. Ils nous disent régulièrement qu’ils demandent des informations, qui restent la plupart du temps sans réponses. Ce n’est pas comme d’habitude. On a vraiment l’impression que le Qatar travaille de son côté, la FIFA aussi, et que cela n’aide pas à clarifier la situation.

Les supporters attendent-ils un peu plus de soutiens de la part de la Fédération ?

D’un côté, on rêverait que la FFF et les sponsors nous payent les transports, comme on peut le voir avec d’autres fédérations en Amérique du Sud. Mais on sait qu’on en est loin. On aimerait, pour le premier match de l’équipe de France, qu’un avion soit affrété, avec un prix abordable, pour que quelques centaines de supporters puissent faire l’aller-retour.

Le problème, c’est que la Fédération attend de voir combien de personnes achètent leur billet pour envisager d’affréter un avion. Les supporters, de leur côté, ne savent pas si cela peut être mis en place, ils ne vont donc pas acheter leurs billets. C’est un peu le serpent qui se mord la queue ! Cependant, ça n’a jamais vraiment été mis en place auparavant, on ne se fait pas d’illusions. 

Vous dénoncez l’instrumentalisation de certains fans par le « Supreme Comitee Qatari ». Pouvez-vous nous en dire plus ?

On a appris l’existence d’un programme appelé “Fan leader”. Cela consiste, pour des supporters de différentes nationalités, à se rendre à Doha tous frais payés par le Qatar, pour visiter les différents lieux de la Coupe du monde, en contrepartie d’une communication positive sur les réseaux sociaux

On a été approchés pour faire partie du dispositif. Mais ces “Fan leader” ne parlent pas des ouvriers décédés lors de la construction des stades ou des problèmes écologiques liés à la climatisation des enceintes. On ne pouvait pas accepter ce genre de choses.

Au sein des Irrésistibles Français, des supporters comptent-ils boycotter l’événement ?

Le sujet a été assez débattu dans l’association. On a décidé de ne pas faire un action collective de boycott, car on ne voulait pas que le bureau prenne une décision pour tout le monde. On a donc laissé le libre choix à ceux qui veulent y aller, tout en les accompagnant dans leurs démarches.

Cependant, parmi les adhérents, beaucoup ont décidé de boycotter cette Coupe du monde pour différentes raisons. S’ajoutent aussi ceux qui vont renoncer à cause des problèmes logistiques ou financiers évoqués précédemment. C’est difficile de se projeter dans cette Coupe du monde, qui est censée être un événement qui se vit en groupe entre supporters, un moment de fête. Au final, il n’y aura peut-être pas beaucoup de supporters qui s’y rendront.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi