l’entrée d’un stade de nouveau interdite à des femmes, la Fifa veut des explications

Alors que l’Iran a une nouvelle fois refusé à des femmes l’entrée d’un stade de football mardi, la Fifa a fait part de son « inquiétude » et exigé des explications. Environ 2.000 femmes iraniennes, qui avaient acheté des billets pour le match Iran-Liban, n’ont pas pu accéder aux tribunes.

Elle veut rapidement des explications. Dans un communiqué publié ce mercredi, la Fifa fait part de son « inquiétude » alors que l’Iran a de nouveau refusé à des femmes l’entrée d’un stade de football pour assister au match entre les équipes nationales de leur pays et du Liban. Le match, remporté par la sélection iranienne 2-0, s’est déroulé mardi soir au stade Imam Reza de la ville de Mashhad, dans le nord-est du pays. Selon l’agence de presse ISNA, « environ 2.000 femmes iraniennes, qui avaient acheté des billets pour le match Iran-Liban, étaient présentes dans le périmètre du stade Imam Reza, mais n’ont pas pu entrer dans le stade ».

La Fifa, qui avait ordonné à l’Iran en septembre 2019 d’autoriser l’accès des femmes aux stades sans restriction, s’est exprimée au sujet de l’incident de Mashhad, en demandant « à la Fédération iranienne de football plus d’informations à ce sujet ». La directive de l’instance internationale en 2019, qui menaçait l’Iran de suspension, était intervenue après la mort d’une supportrice qui s’était immolée par le feu de peur d’être emprisonnée pour avoir tenté d’assister à un match. En 2018, elle avait été arrêtée alors qu’elle tentait d’entrer dans un stade habillée en garçon. Sa mort avait déclenché un tollé et beaucoup avaient appelé à ce que l’Iran soit interdit de compétition.

La Fifa ne veut pas de « retour en arrière »

« La position de la Fifa concernant la présence des femmes lors des matchs de football en Iran est claire : des progrès historiques ont été réalisés – comme l’illustre l’étape importante d’octobre 2019, lorsque des femmes ont été autorisées à entrer dans le stade pour la première fois en 40 ans. La Fifa compte les voir se poursuivre, car il ne peut y avoir de retour en arrière », a appuyé l’organisation. Face au tollé qu’a suscité cet incident, le président iranien Ebrahim Raissi a ordonné au ministre de l’Intérieur Ahmad Vahidi de suivre de près cette affaire alors que depuis 40 ans, la république islamique interdit généralement aux spectatrices d’assister à des matchs de football.

En janvier dernier, les femmes iraniennes avaient été autorisées à assister à un match de l’équipe nationale pour la première fois en près de trois ans lors des éliminatoires de la Coupe du monde entre l’Iran et l’Irak.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi