plus de 1 000 combattants du groupe Wagner déployé dans l’est du pays

8h : Le groupe Wagner déployé dans l’Est de l’Ukraine

Des mercenaires russes du groupe Wagner se sont déployés dans l’Est de l’Ukraine, a indiqué le ministère britannique de la Défense qui estime que plus de 1 000 combattants de la sulfureuse société paramilitaire pourraient être amenés à combattre dans le pays.

« La compagnie privée militaire russe du groupe Wagner s’est déployée dans l’Est de l’Ukraine », indique le ministère dans un point de situation publié sur son compte Twitter. « Ils devraient déployer plus de 1 000 mercenaires, dont des responsables de l’organisation, pour mener des opérations de combat. »

7h56 : Le brasseur danois Carlsberg va quitter la Russie

Carlsberg a déclaré lundi qu’il allait immédiatement lancer la cession complète de ses activités en Russie. Le brasseur danois avait précédemment suspendu les nouveaux investissements et les exportations en Russie, ainsi que la production et la vente de sa marque phare dans le pays, mais a poursuivi les opérations de son unité Baltika Breweries.

7h03 : Roman Abramovitch et deux négociateurs ukrainiens possiblement empoisonné

L’oligarque russe Roman Abramovitch et deux négociateurs de paix ukrainiens ont souffert de symptômes d’empoisonnement après une réunion à Kiev au début du mois, affirme The Wall Street Journal. Après la fin des entretiens, ces trois personnes auraient souffert de nombreux symptômes, selon les informations du quotidien américain, comme des yeux rougis et larmoyants, et des visages et des mains qui pèlent. Un autre média américain, le site d’investigation spécialisé Bellingcat, dit être également en mesure de confirmer l’empoisonnement de trois membres de la délégation – dont le milliardaire Roman Abramovitch.

6h22 : L’invasion russe en Ukraine est une « répétition » de la guerre en Syrie

L’invasion russe en Ukraine est une « répétition » de la Syrie avec une « multiplication des crimes de guerre » depuis plus d’un mois de conflit, a alerté Amnesty international. « Nous sommes dans des attaques intentionnelles d’infrastructures civiles, d’habitations », des bombardements d’écoles, a fustigé la secrétaire générale de l’ONG, Agnès Callamard, accusant la Russie de permettre des couloirs humanitaires pour les transformer en un « piège mortel ». « Nos chercheurs sur place pendant dix jours ont documenté l’emploi des mêmes tactiques qu’en Syrie et Tchétchénie », dont des attaques visant des civils et l’emploi de munitions interdites par le droit international, a renchéri Marie Struthers, directrice d’Amnesty Europe de l’Est et Asie centrale.

5h53 : La nouvelle session de pourparlers devrait débuter ce mardi à Istanbul

Sur le front diplomatique, les négociateurs russes sont arrivés lundi à Istanbul pour une nouvelle session de pourparlers avec les Ukrainiens qui devrait débuter ce mardi. Une précédente séance de négociations en présentiel avait déjà eu lieu le 10 mars en Turquie, à Antalya, au niveau des ministres des Affaires étrangères, mais n’avait débouché sur aucune avancée concrète.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a par ailleurs jugé lundi qu’une rencontre entre Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky, que ce dernier appelle de ses voeux, serait pour l’heure « contre-productive ». Il l’a fait dépendre de la satisfaction des exigences de Moscou dans les négociations, dont la « démilitarisation » et la « dénazification » de l’Ukraine.

5h46 : Les derniers faits marquants sur le front militaire

Irpin, ville de la banlieue de Kiev, a été reprise aux forces russes, selon l’Ukraine. « La ville est maintenant libérée, mais il est toujours dangereux d’y être », a déclaré le ministre de l’Intérieur Denys Monastyrsky.

– De nouveaux combats se déroulaient par ailleurs lundi dans plusieurs localités autour de Kiev. Deux lignes à haute tension ont été endommagées dans les affrontements, privant d’électricité 82 000 habitants de la rive droite de la métropole.

– Des combats acharnés se déroulaient aussi dans l’est. Les soldats ukrainiens ont repris le contrôle de Mala Rogan, un petit village dans la campagne à environ quatre kilomètres à l’est de Kharkiv.

– Dans le sud, l’étau russe semblait se desserrer autour de certaines villes, comme Mykolaïv, une ville-verrou sur la route d’Odessa, le plus grand port d’Ukraine. Le front a même sensiblement reculé, avec une contre-offensive ukrainienne sur Kherson, à quelque 80 km au sud-est, seule ville d’importance dont l’armée russe ait revendiqué la prise totale depuis le 24 février.

– Dans le port assiégé de Marioupol, environ 160 000 personnes sont par ailleurs toujours coincées, selon le maire de la ville Vadim Boïtchenko.  

5h45 : Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct où nous allons suivre la situation autour du conflit en Ukraine, ce mardi 29 mars, au 34e jour de l’invasion russe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Lire aussi